Confrontez vos pensées à celles de Dieu

« LEternel se souvint de ce qu’Il avait dit à Sara, et l’Eternel accomplit pour Sara ce qu’Il avait promis. Sara devint enceinte, et elle enfanta un fils à Abraham dans sa vieillesse, au temps fixé dont Dieu lui avait parlé. Abraham donna le nom d’Isaac au fils qui lui était né, que Sara lui avait enfanté. Abraham circoncit son fils Isaac, âgé de huit jours, comme Dieu le lui avait ordonné. » (Genèse 21 :1-4)

 

SI VOUS CONNAISSEZ LA LOI DE LA FOI.

La vie spirituelle est quelque chose qui est vraiment facile, drôle et bénie. C’est complètement facile si vous connaissez la loi de la vie spirituelle, mais il n’y a rien de plus confus, difficile et fatiguant que la vie spirituelle, si vous ne connaissez pas la loi de la vie spirituelle.

En d’autres mots, la vie spirituelle est de croire en Dieu parce que rien ne peut être accompli par la puissance de l’homme. Lorsque nous faisons quelque chose par la foi en Dieu, nous ne devrions pas calculer si cela est possible, mais nous devrions nous poser la question : « Est-ce que Dieu peut le faire ou non ? »

Nous croyons en Dieu lorsque nous, nous ne pouvons pas faire quelque chose par nos efforts humains. Cependant, si , lorsque nous croyons cela, nous croyons que les choses semblent possibles, ce n’est pas croire en Dieu.

Abraham avait deux fils. L’un était Ismaël, né d’une servante et l’autre était Isaac, né de la foi en Dieu. Abraham n’avait aucune foi en Dieu quand il eut Ismaël ; il était vieux ainsi que sa femme, aussi jugea-t-il qu’il était impossible d’avoir un enfant à leur âge. Cependant, c’était son opinion. Peu importe qu’il soit âgé, si Dieu voulait qu’il ait un enfant, ne pouvait-il pas en avoir un ?

Abraham et Sara avec leur jugement humain pensaient : « Nous ne pouvons avoir d’enfant. Cela nous attriste de faire cela, mais nous aurons un enfant par notre servante », ils n’avaient pas la foi en Dieu.

La méfiance que Dieu ne leur donnerait pas un fils s’éleva dans leur cœur. Pourquoi le doute s’élève-t-il dans votre cœur ? Parce que la foi ne prend pas place dans votre cœur. « Est-ce moi ou Dieu qui me fera engendrer un fils ? »

Ce n’était pas Abraham qui permettrait la naissance d’un fils. C’est vrai ! C’est Dieu qui pouvait rendre possible la naissance d’un fils.

Il n’y a rien que Dieu ne puisse faire. Pourquoi ne permettrait-il pas que j’engendre un fils? Cette foi est tout ce dont il avait besoin, mais son cœur tremblait, car il n’avait pas cette foi en Dieu, bien que Dieu lui ait promis un fils.

Quand il pensait aux circonstances, il semblait qu’il ne pouvait pas avoir de fils. Ainsi, il prit une servante jeune et en bonne santé, quelqu’un qui semblait pouvoir porter un enfant et mener à bien une naissance. Ce fils fut le fils de l’incrédulité.

Beaucoup de temps passa après la naissance d’Ismaël. En fait, ce fut 14 ans après qu’Abraham eut Isaac. Abraham et Sara étaient encore plus âgés, et Abraham avait cessé d’aller vers Sara après sa ménopause.

Il semblait absolument impossible qu’Abraham et Sara puissent avoir un enfant. C’est pourquoi ils rirent quand Dieu leur dit qu’ils auraient un fils.

« Est-ce qu’un enfant peut naître de moi alors que j’ai maintenant 100 ans ? Et Sara peut-elle porter un enfant à 90 ans ? »

Mais ils eurent un enfant. Comment peut-il en être ainsi ? « Sûrement cela est impossible, et pourtant il n’y a rien que Dieu ne puisse faire, cela ne peut arriver que si Dieu le fait. » Ils furent capables d’avoir un fils parce que la foi s’éleva dans leur cœur.

Comme moi aussi, je vis une vie de foi, je rencontre souvent ce genre de circonstances comme Abraham avec son fils. « C’est absolument un non-sens ! C’est impossible ! En aucune façon cela peut avoir lieu »  C’est souvent le jugement que j’émets. Cependant, après un petit moment, quand Dieu me donne des pensées, je dis «  C’est impossible, mais si Dieu le fait, cela peut être fait! »  Et j’ajoute un plus à ce que je pensais avant. Ma vie spirituelle devint plus facile quand j’appris cela.

 

MON CŒUR ET LE CŒUR QUE DIEU CONDUIT.

Quand je faisais mon service militaire et que je suivais l’instruction au centre d’entraînement, un jour je perdis mes gants. Dans l’armée, cela était un énorme problème. Je n’avais aucun moyen de les remplacer.

Aussitôt, Satan parla continuellement à mon cœur : « C’est l’armée. Où peux-tu te procurer d’autres gants ?  Il n’y aucun moyen pour que tu puisses en avoir d’autres. Cependant il y a une solution. Quand tout le monde est en train de dormir, tu peux en voler une paire à la personne qui est à côté de toi.

Quelqu’un t’a volé les tiens, ne considère pas cela comme un vol, c’est comme cela dans l’armée ». Toutes ces pensées s’élevaient dans mon cœur.

J’ai souvent pensé, dans ma vie spirituelle, que le flot de mes pensées est différent de la direction dans laquelle Dieu conduit mon cœur. J’étais alors capable de penser, « C’est comme cela que mes pensées sont, mais je me demande quelles sont les pensées de Dieu », et je  recevais beaucoup de grâces bien que je fusse, de temps en temps, conduit par mes pensées.

Même si je pensais voler les gants, j’expérimentais un changement complet dans mon cœur : « je commence maintenant ma vie militaire, supposons que je vole les gants d’un collègue et que je sois pris. Alors peu importe que ma vie dans l’armée soit terminée pour les trois prochaines années, ma vie de témoignage ici est complètement terminée ! »

Quand je suis parvenu à cette conclusion, j’ai décidé que je préférais souffrir d’avoir perdu mes gants, et la pensée de voler des gants a complètement disparu de mon cœur.

Nous avons notre propre cœur et il y a le cœur qui est conduit par Dieu.

Penser ne pas être capable d’engendrer un fils était, au début le cœur d’Abraham et de Sara. Alors ils ont décidé de faire appel à leur servante pour avoir Ismaël. Mais 14 ans après la naissance d’Ismaël, alors qu’il semblait encore plus impossible qu’ils puissent avoir un fils, Dieu mit pourtant une pensée dans le cœur d’Abraham : « y a-t-il quelque chose qui soit trop difficile pour Dieu ? Pourquoi Sara a-t-elle ri ? Ta femme Sara, aura sûrement un fils et tu l’appelleras du nom d’Isaac ».

Tout de suite la Parole de Dieu pénétra dans le cœur d’Abraham et de Sara, ainsi que la foi, « C’est vrai ! C’est humainement impossible mais si Dieu nous donne un enfant, pourquoi n’en aurions-nous pas un? »

Cette pensée s’éleva en eux. Cette foi donna à Sara la force de concevoir, et par la suite ils eurent Isaac, selon la Parole de Dieu.

Cet Isaac devint le père de nombreuses nations, aussi nombreuses que  les étoiles du ciel et que le sable du bord de la mer.

 

CECI EST MA PENSEE ? MAIS QUE DIRAIT DIEU ?

Vous vous dirigez toujours vers vos pensées tandis que vous vivez votre vie spirituelle. C’ est seulement naturel que vous vous dirigiez de cette façon mais je vous presse de vous poser la question,  « Ceci est ma pensée, mais que dirait Dieu ? »  Alors vous arrivez à vos conclusions quand vous disposez sur la table vos pensées et la Parole de Dieu et que vous vous posez la question, « laquelle de ces deux est correcte ? bien sûr, c’est celle de Dieu qui est correcte. » et vous choisissez la Parole de Dieu plutôt que vos pensées. Alors, le travail de Dieu commence.

Les pensées humaines s’élèvent en vous pour conduire votre cœur à l’opposé de la Parole de Dieu, et cela est vrai pour chacun. La chose importante à ce moment-là est de retenir vos pensées pendant quelques instants et de réfléchir,  « ceci est ce que je pense, mais que dit la Parole de Dieu ? »

Je parle souvent de cela. Au mariage à Cana en Galilée ils furent à court de vin. Alors Jésus dit aux serviteurs de remplir les vases avec de l’eau. Quand ils firent cela, il leur dit : « puisez maintenant et servez à l’ordonnateur de la fête ? »  La pensée des serviteurs était : « ceci est de l’eau, et non du vin. Nous ne devrions pas servir de l’eau. »

Cependant, la  Parole de Jésus était : puisez et servez. Les serviteurs réfléchirent pour voir ce qui était correcte entre leurs pensées et la parole de Jésus. Ils crurent que la parole de Jésus était correcte et lui obéirent. Cette foi accomplit le miracle.

Les serviteurs crurent que la parole de Dieu était correcte et la suivirent. C’est toujours à cette condition que l’œuvre miraculeuse se forme.

Il y avait un homme qui était infirme depuis 38 ans. Jésus lui dit « lève-toi, prends ton lit et marche. » Cet homme malade pensait, je ne peux pas marcher. Comment puis-je prendre mon lit et marcher alors que je ne peux même pas bouger ?  Mais Jésus est en train de lui dire de marcher. Alors est-ce moi qui ai raison ou est-ce Jésus qui a raison ?

Naturellement c’est Jésus qui a raison. Je vais donc suivre la Parole de Jésus. Alors quand il bougea, la pensée qu’il pouvait prendre son lit et marcher s’éleva en lui.

Quand Pierre rencontra Jésus pour la première fois à la mer de Galilée,Pierre avait jeté son filet toute la nuit mais n’avait pris aucun poisson.

Ce matin-là Jésus lui dit : « jette ton filet en pleine eau. » Pierre pensait : « jette ton filet en eau profonde ? Mais quels poissons y a-t-il en eau profonde ? Il n’y a pas de poisson là. C’est ce que mes pensées me disent, mais Jésus me dit qu’il y a des poissons.

Je vais donc faire ce que Jésus me dit et rejeter mes pensées. » Alors Pierre jeta son filet en eau profonde et pêcha tant de poissons que son filet faillit se rompre. Quand je rencontre des personnes possédées, de temps en temps, je crie face au démon. « Démon ! Je ne vais pas me battre contre toi ! Pourquoi me battrais-je contre toi ? Je vais dire à Jésus de combattre pour moi.

Est-ce que tu peux vaincre Jésus ? »  Je ne combats pas contre les démons, mais j’oppose Jésus pour combattre pour moi. Alors Jésus le met en échec.

Je ne peux pas arrêter mes pensées. Pouvez-vous arrêter vos pensées ?

J’ai vécu avec mes pensées et ai toujours cru que mes pensées étaient correctes. Mais un jour, je suis parvenu à croire en Jésus. Quand je laisse mes pensées telles qu’elles sont, ces pensées règnent, mais après avoir reçu Jésus, j’oppose Jésus à mes pensées : « Mes pensées sont comme cela, mais que dit Jésus? »

Vous devez confronter la parole de Dieu à vos pensées. Alors la Parole de Dieu gagne. Vous n’avez pas besoin de mettre vos pensées en échec.

Quand j’oppose la Parole de Dieu face à mes pensées, mon cœur dit : «  peu importe si mes pensées semblent être correctes, La Parole de Dieu est correcte. Moi, j’ai tort, La Parole est vraie », voilà ce qui s’élève en moi.

Alors mes pensées n’ont plus de puissance et la Parole de Dieu me conduit. Chaque fois que cela arrive, je peux expérimenter les œuvres de la puissance de Dieu qui s’élève.

 

QUAND JE ME HEURTE CONTRE LA PAROLE DE DIEU

Abraham avait ses propres pensées : « Comment puis-je avoir un fils ?

Je suis si vieux, de plus j’ai cessé d’aller vers Sara depuis sa ménopause… »

Dans le cœur de Dieu Abraham avait un fils, mais dans les pensées et dans le cœur d’Abraham il n’y avait pas de fils. Alors quelles sont les pensées correctes ? Il n’y a aucun parmi vous qui croit que ses pensées sont plus correctes que les pensées de Dieu.

Les gens pensent que la Parole de Dieu est complètement correcte. Mais le problème est que vous séparez vos pensées de la Parole de Dieu et c’est pour cela que vous dirigez  vos pensées. Vous devez confronter la Parole de Dieu à vos pensées. Alors la Parole de Dieu gagne. Cela n’est pas nécessaire de se battre pour mettre vos pensées en échec.

Le cœur des hommes est enclin à être conduit par les circonstances.

Il en est de même pour moi aussi, je vieillis, ma mémoire faiblit. Je suis sûr de connaître une certaine chose, mais cela ne me vient pas à l’esprit pour l’instant. Je ne peux me rappeler le nom des gens qui me sont proches. Ma vision devient plus faible aussi.

Il y a quelque temps je suis allé en Amérique du sud. Après le service au Pérou les frères et sœurs voulaient prendre une photo avec moi et nous l’avons faite. Cependant après quelques flashes, je ne pouvais plus rien voir. A regret j’ai dû leur demander de prendre les autres photos plus tard.

Dorénavant, à moins que cela soit absolument nécessaire, j’essaie de ne pas me laisser prendre en photo lorsque cela demande un flash. Je vieillis, je perds la mémoire, ma vision s’affaiblit, mon corps devient plus faible… je ne peux rien faire à cela. Auparavant, je ne ressentais rien de particulier  même si j’avais conduit toute la journée. Mais maintenant je ne peux plus conduire toute la journée.

Abraham avait 99 ans, alors comment pensez-vous qu’il se sentait ?

« Moi, avoir un fils? »  Cela a dû lui sembler  une plaisanterie.

Sara aussi était une femme âgée. Je dis souvent que j’aurais été effrayé qu’une telle femme puisse avoir un enfant. Même si elle est tombée enceinte, comment pourrait-elle accoucher ?

C’est pour cela que les gens pensent naturellement qu’une telle femme ne peut avoir un enfant.

«  Dieu dit qu’il nous donnera un fils, mais nous sommes trop vieux.      Comment pouvons-nous avoir un enfant ? »

La façon dont Dieu voit et ma façon de voir sont différentes. « A mes yeux rien n’a changé, mais Dieu dit que j’ai changé. Alors j’ai changé. » C’est ce que je crois.

Ces pensées sont très naturelles pour nous, mais quand nous les confrontons à la Parole de Dieu, ces pensées ne sont pas plus grandes que la Parole de Dieu. C’est ainsi que nous devons les refuser face à la Parole de Dieu. A vos yeux, il vous semble que vous ne pouvez pas avoir de fils ; mais quand Dieu dit que vous aurez un fils et quand vos pensées diffèrent de la Parole de Dieu, vous devez choisir la Parole de Dieu.

Le problème est que vous ne vous souvenez pas de la Parole de Dieu et que vous l’effacez de vos cœurs. Quand vous placez vos pensées face à la Parole de Dieu, vous pouvez voir que la Parole de Dieu est correcte.

 

ETANT JUSTIFIE

Ceci est aussi vrai avec la manière dont vous recevez le pardon de vos péchés. Jésus fut crucifié pour vos péchés et il porta vos péchés. Mais vous péchez chaque jour.

«  Je suis un pécheur. J’ai péché hier, et je suis un pécheur qui pèche même aujourd’hui. Jésus fut crucifié, mais je suis un pécheur qui ne peut pas vivre sans pécher. »

« J’ai commis  des péchés sales, dégoûtants et trompeurs. J’ai beaucoup de péchés dont il est honteux de parler. J’ai vécu en cachant ces péchés. C’est cette sorte de personne que je suis et comment puis-je dire que je n’ai pas de péchés ? Je suis un pécheur. »

Ce sont vos propres pensées. Si cela est vrai, quelle est la Parole de Dieu ? Quel que soit ce que dit la Parole de Dieu, elle est correcte.

Un jour je lisais   1 Corinthiens chapitre 6 V 10-11 : Ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu. Et c’est là ce que vous étiez, quelques-uns de vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au Nom du Seigneur Jésus Christ, et par l’Esprit de notre Dieu.

La Bible dit : Et c’est là ce que vous étiez quelques-uns d’entre vous.

Vous avez volé, vous vous êtes enivrés, vous avez extorqué. Cependant, il est dit ensuite : Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés dans le Nom de Jésus et par l’Esprit de notre Dieu.

Vous avez clairement péché, mais la Bible dit que vous avez été lavés, vous avez été sanctifiés et que vous avez été justifiés. Voilà, ne nous permettons pas de croire en nos pensées, mais confrontons nos pensées à la Parole de Dieu. Je suis un sale pécheur dans mes pensées, mais la Parole de Dieu dit « Vous avez commis ces péchés, mais vous avez été lavés, sanctifiés, et justifiés dans le Nom du Seigneur Jésus-Christ et par le Saint Esprit de Dieu. »

Maintenant, allez-vous croire à vos pensées ou à la Parole de Dieu ?

Après avoir reçu le salut, il semblait que tous les autres frères et sœurs avaient changé quand j’entendais leurs témoignages, mais il semblait que moi, je n’avais pas changé du tout. Il semblait qu’il n’y avait pas de réponse à mes prières, que personne ne recevait le salut même si je témoignais, et que Dieu ne travaillait pas du tout.  C’était mes pensées.

Mais que dit la Bible à ce propos ?

2 CORINTHIENS 5 V 17 : Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.

Toutes choses sont devenues nouvelles et vous êtes devenu une nouvelle personne. Ce que Dieu voit et ce que je vois est différent. Est-ce ma façon de voir qui est correcte ? Ou est-ce que Dieu a raison ? « A mes yeux rien n’a changé, mais Dieu dit que j’ai changé. Alors je suis changé. » C’est ce que je crois.

Souvent vous restez fidèle à vos pensées. Vous ne confrontez  pas vos pensées à la Parole de Dieu, ainsi vos pensées vous retiennent. Pourtant, quand ces pensées sont confrontées à la Parole de Dieu, la Parole de Dieu dissipe vos pensées et elles sont toutes détruites.

 

CHERCHEZ DANS LA PAROLE DE DIEU

Abraham pensait qu’il ne pouvait pas avoir un fils jusqu’à ce qu’il se tourne vers la Parole de Dieu. Dieu dit, «  y a-t-il quelque chose de trop difficile pour l’Eternel ? Ta femme Sara, te donnera un fils et tu l’appelleras du nom d’Isaac ».

Quand ces mots atteignirent Abraham et qu’il ne s’entêta plus à considérer ses pensées : « Dieu dit qu’il me donnera un fils. Je ne pense pas que je puisse avoir un fils. Alors, qui a raison ? Naturellement ce sont les Paroles de Dieu qui sont correctes. Alors, je vais croire en Dieu. » Abraham rejeta ses pensées et crut en la Parole de Dieu.

De temps en temps vous avez vos propres pensées, mais ne laissez pas vos pensées être la finalité : « Ceci est ce que je pense, mais que dit la Bible ? » Quand vous confrontez vos pensées à la Parole de Dieu, la Parole de Dieu prévaut et vos pensées sont détruites.

Quand vos pensées sont détruites et que la Parole de Dieu vit en vous, C’est à partir de là, que le travail de Dieu commence. Ceci est appelé :

« Les œuvres de la foi. »

HEBREUX 11 V 11  C’est par la foi que Sara elle-même, malgré son âge avancé, fut rendue capable d’avoir une postérité, parce qu’elle crut à la fidélité de Celui qui avait fait la promesse.

Sara obtint la force de concevoir lorsqu’elle crut. La foi ne vient pas à partir de rien. La foi s’élève quand la Parole pénètre en vous.

Bien-aimés, voulez-vous avoir la foi dans le pardon de vos péchés ?

Voulez-vous cette assurance ?  Voulez-vous naître de nouveau ?

Ne cherchez pas dans vos pensées mais cherchez dans la Parole de Dieu. Dans vos pensées, vous êtes un pécheur qui a péché mais regardez ce que Dieu a écrit. Croyez que vos péchés sont lavés si la Parole de Dieu dit qu’ils le sont.

Alors peu importe ce que vous pensez, Parce que la Parole de Dieu est plus grande que vos pensées. Toutes les personnes qui agissent ainsi, sont des personnes de foi.

Quand la Parole de Dieu règne en vous, les œuvres puissantes de Dieu s’élèvent dans vos vies. J’espère qu’à travers la foi en la Parole de Dieu, Tous, vous obtiendrez l’assurance du pardon de vos péchés.

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *