Le Saint Esprit qui nous sanctifie

« Le serviteur prit dix chameaux parmi les chameaux de son seigneur, et il partit, ayant à sa disposition tous les biens de son seigneur. Il se leva, et alla en Mésopotamie, à la ville de Nachor. Il fit reposer les chameaux sur leurs genoux hors de la ville, près d’un puits, au temps du soir, au temps où sortent celles qui vont puiser de l’eau. Et il dit : Eternel, Dieu de mon seigneur Abraham, fais-moi, je te prie, rencontrer aujourd’hui ce que je désire, et use de bonté envers mon seigneur Abraham ! Voici, je me tiens près de la source d’eau, et les filles des gens de la ville vont sortir pour puiser l’eau. Que la jeune fille à laquelle je dirai : Penche ta cruche, je te prie, pour que je boive et qui répondra : Bois, et je donnerai aussi à boire à tes chameaux, soit celle que tu as destinée à ton serviteur Isaac ! Et par là je connaîtrai que tu uses de bonté envers mon seigneur. » (Genèse 24 :10-14)

 

CAR TOUS LES BIENS DE SON MAITRE ETAIENT DANS SA MAIN

Alors que je lisais la Bible je pouvais me sentir devenir libre. Souvent je pensais : « Pourquoi n’ai-je pas connu cela avant ? Je n’avais pas réalisé cela. J’étais déçu parce que je ne connaissais pas cela » Chaque fois que je découvrais quelque vérité dans la Bible !

GENESE 24 raconte qu’Abraham envoie son fidèle serviteur pour ramener une femme pour son fils. Quand nous lisons cela attentivement nous pouvons voir que c’ est une parabole de Dieu envoyant le Saint-Esprit à l’Eglise, l’Epouse de Jésus-Christ afin de la sauver.

Ce procédé est détaillé et très minutieusement illustré.

VERSET 10  Le serviteur prit dix chameaux parmi les chameaux de son seigneur, et il partit, ayant à sa disposition tous les biens de son seigneur. Il se leva, et alla en Mésopotamie, à la ville de Nachor.

Ce verset me donna beaucoup d’espoir et de force. Autrefois et même maintenant, il est très dangereux de porter des bijoux en or ou en argent.

Pourtant, il est dit que le serviteur ancien avait pris avec lui tous les biens de son maître en plus de ses 10 chameaux.

Les biens étaient probablement toutes les bonnes choses de la maison d’Abraham. Qui apporte toutes les bonnes choses quand il part à la recherche de sa belle-fille ?  De plus, les routes autrefois n’étaient pas bonnes, la protection publique n’était pas bonne et à cette époque il y avait beaucoup de voleurs. Nous ne pouvons pas très bien comprendre ; mais il y a un espoir pour nous parce que les Ecritures nous racontent le processus que Dieu emploie pour envoyer le Saint-Esprit chercher l’épouse de Jésus Christ.

L’ancien serviteur d’Abraham ne fit pas qu’ aller  chercher une femme pour Isaac mais il l’orna des meilleures choses du maître. Un collier, des bracelets et des boucles d’oreilles… peu importe quelle sorte de femme elle pouvait être, même si elle était une femme pauvre ou pitoyable elle fut ornée magnifiquement, glorieusement et elle fut ramenée.

Pour qu’il en soit ainsi le serviteur ancien avait apporté les biens de son maître avec lui.

 

GENEREUSEMENT IL NOUS DONNA TOUS LES BIENS DU CIEL

Un jour tandis que j’errais dans le péché, je vins à réaliser, par la foi, que tous mes péchés avaient été lavés aussi blancs que la neige et je reçus le salut. Cependant, à ce moment-là, je croyais seulement que le Sang de Jésus avait lavé tous mes péchés.

J’avais encore beaucoup d’aspects sales et dégoûtants. Tandis que le temps passait, je n’essayais pas de changer mais je découvris que ma vie était de plus en plus renouvelée et pleine d’espoir alors que je vivais intérieurement sous la conduite du Saint-Esprit.

C’est toujours ce que je ressens chaque fois que je lis Genèse chapitre 24 « C’est vrai ! Indépendamment de l’image de l’épouse, indépendamment des coups de soleil qu’elle pouvait avoir, elle dut changer magnifiquement puisque des tas de biens avaient été apportés sur 10 chameaux. De même, quand je reçois le Salut et devient l’épouse de Christ, Dieu généreusement me donnera toutes choses du ciel pour me rendre beau ! »

Exactement comme les biens de la maison d’Abraham furent apportés généreusement pour une épouse, Dieu aussi nous donna généreusement tous les biens du ciel. La  justice que je n’avais pas en moi demeurait en moi.

Et de plus, je pouvais voir que la sainteté que je n’avais pas, demeurait en moi, que l’espoir demeurait en moi, que la paix demeurait en moi, la foi demeurait en moi, l’amour demeurait en moi… de telles choses ne venaient pas de moi, mais étaient apportées du ciel par le Saint-Esprit comme des cadeaux de Dieu. Quand je réfléchissais à cela, j’étais tellement reconnaissant.

Beaucoup d’années ont passé depuis que j’ai reçu le salut et que je suis en Jésus-Christ.

Quand je regarde en arrière c’était moi qui essayais de ne plus pécher, afin de vivre comme une bonne personne et m’efforçais d’être une bonne personne ; mais tout cela ne fonctionnait pas. Cependant, après m’avoir sauvé Dieu changea mon cœur sans même que je le réalise. Tandis que ma vie continuait, je ressentais souvent clairement : « Ceci n’est pas mon cœur. Ce n’était pas mon cœur ; mais c’était le cœur de Jésus-Christ venant de Dieu. »

Dieu ne m’a pas fait tenir devant Christ sans rien. Même si j’avais reçu le salut j’étais vraiment un être humain sale, dégoûtant et trompeur. Exactement comme Rebecca, qui devait devenir la femme d’Isaac fut ornée de trésors que portaient les 10 chameaux devant Isaac, Dieu m’avait rendu sans défaut, sanctifié, embelli, lavé, et glorifié pour me tenir devant Dieu.

Quand je pense à Dieu tellement aimant je suis très reconnaissant.

J’étais vraiment une personne qui vivait dans la chair ; mais Dieu changea ma vie. Un jour je vis le cœur de Dieu couler en moi.

J’étais tellement dégoûtant, sale, lascif et trompeur alors une paix que je ne connaissais pas coula en moi, une joie coula en moi, une foi coula en moi. Je suis très reconnaissant envers Dieu quand je vois comment je suis transformé à la ressemblance de Jésus.

Je suis d’autant plus reconnaissant que ce ne sont pas mes efforts et mon travail ; mais que c’est l’œuvre de Dieu. Non seulement je suis comme cela ; mais c’ est vrai aussi avec les gens qui viennent à l’église, il leur arrive la même chose les uns après les autres.

Quand tout d’abord ils sont arrivés à l’église, C’étaient des gens qui vivaient tenus par la chair ; mais tandis que le temps passait je voyais qu’ils changeaient.  « Ah, c’est cela que Dieu fait ! »

C’était vraiment étonnant.

 

SELON LA PRIERE DU SERVITEUR ANCIEN

En second lieu, l’ancien serviteur d’Abraham avait maintenant la foi dans son cœur concernant la recherche de la belle-fille de son maître parce qu’il accepta simplement la foi d’Abraham. Il alla en Mésopotamie, fit stationner ses chameaux près du puits en dehors de la ville et pria : « Dieu d’Abraham, mon maître, permets-moi de rencontrer rapidement ce que je désire et accorde la grâce à mon maître Abraham.

Il y a des femmes qui viennent de la ville pour puiser de l’eau. Quand je demanderai à l’une d’elle : « donne-moi à boire », si elle répond,  « je suppose que tes chameaux ont soif. Je vais tirer de l’eau pour eux aussi, »  je saurais que c’est celle-ci qui sera la belle-fille de mon maître »

Avant qu’il puisse finir sa prière, une belle femme appelée Rebecca vint tirer de l’eau.

Quand le serviteur ancien lui dit : « Donne-moi à boire » Rebecca aussitôt lâcha sa cruche pour qu’il puisse boire et dit : « Je vais aussi puiser de l’eau pour que tes chameaux puissent boire. » Les chameaux boivent vraiment beaucoup d’eau et ils étaient 10. Le puits est profond et il doit être difficile de puiser de l’eau ; mais elle faisait exactement ce que le serviteur avait demandé dans sa prière. Alors que le serviteur la regardait faire il pensait : « Dieu a permis un bon chemin », il lui demanda qui elle était et lui donna les cadeaux.

Elle était la fille du plus jeune frère de son maître. Le vieux serviteur se réjouit tout de suite et parla de cette affaire de mariage à la famille de Rebecca puis il emmena Rebecca à la maison d’Abraham.

Quand notre église prêcha l’évangile en Chine pour la première fois, nous avons envoyé le missionnaire Kwang-bo Lee  en Chine. A ce moment-là il ne connaissait personne  en Chine.

Une Chinoise Coréenne, appelée Naam-sook Hur vint en Corée et entendit l’évangile alors qu’elle séjournait chez moi pour quelques jours. Le missionnaire Lee qui habitait à Harbin voulait la rencontrer.

Il avait son adresse mais errait alentour parce qu’il n’avait aucune idée sur la façon de la trouver. Il prit un bus à Harbin et puisqu’il a l’air un peu différent des chinois, une femme Chinoise Coréenne commença à lui parler.

« Êtes-vous de la Corée ?  »

« Oui ».

« Qu’est-ce qui vous amène ici ? »

« Je suis juste venu à Harbin. »

« Connaissez-vous quelqu’un ici ? »

« Je connais une personne.  »

« Quel est son nom ? »

« Son nom est Nam-sook Hur. »

« Oh, elle ? Je la connais bien. »

Des millions de gens vivent à Harbin mais dans ce bus il rencontra quelqu’un qui connaissait Nam-sook Hur.

Nous rencontrons très souvent de telles situations quand nous faisons le travail de Dieu, justement parce que c’est le travail de Dieu et non le nôtre.

 

Vous ne mourrez pas tant que vous n’avez pas rempli la tâche que Dieu vous a donnée

C’est difficile et fatigant quand nous faisons des choses différentes de la volonté de Dieu, mais rien n’est difficile quand nous faisons les choses selon la volonté de Dieu. Parce que ce n’est pas nous mais Dieu qui accomplit toutes choses.

Quand Abraham ignorait cela il s’était efforcé d’avoir un enfant par lui-même. Si c’était comme par le passé il aurait dit : « Nous pouvons avoir des bons fils si nous avons une belle-fille en bonne santé. Bien qu’elle puisse être en bonne santé à l’extérieur, vous ne savez jamais si elle peut tomber malade. Nous devons trouver une belle-fille en bonne santé. »

La belle-fille devrait être jolie et avoir de la classe ; mais plus que tout être capable d’avoir un enfant afin qu’Abraham ait un petit-fils. Mais comment pouvons-nous savoir si une femme est bonne pour porter un enfant ? Y a-t-il des femmes qui sont en très bonne santé mais qui sont cependant incapables d’avoir un enfant ?

Connaissant la volonté de Dieu, Abraham n’avait pas à se faire de souci pour cela.  Dans le cœur du serviteur aussi, il y avait l’assurance de la foi en Dieu en entendant les paroles d’Abraham qui lui disait : « Dieu accomplira ceci parce que c’est la volonté de Dieu. »

J’ai une fois appelé au téléphone le missionnaire Gyung-hyun Nam, notre missionnaire des Philippines, son fils répondit que son père était hospitalisé. Je lui demandais pourquoi, il me répondit qu’il avait la fièvre de la Dengue.

C’est une maladie effrayante qui donne beaucoup de fièvre. A moins de traiter cette maladie dès le début , le pourcentage de mort est de 95%.

Le missionnaire Nam était parti évangéliser dans la jungle, et en une journée  tout son visage et son corps devinrent sombre.

Les gens de l’église se réjouissaient disant : «Wow, le missionnaire devient maintenant bronzé comme nous »

Ils n’avaient aucune idée qu’il avait la Dengue et qu’il avait bien d’aller se faire soigner.

J’ai appelé le Centre Médical National où le missionnaire Nam était hospitalisé. J’ai demandé la chambre aux urgences et demandé à parler au missionnaire Nam. Sa femme me répondit et commença à pleurer puis cria : « Pasteur ! Que faisons-nous maintenant ?  »

Elle me disait que le traitement avait été administré ; mais que le docteur avait déjà abandonné. Je lui dis d’arrêter de pleurer et lui dis que le missionnaire Nam ne mourrait pas.  « Missionnaire Nam n’est pas allé aux Philippines à cause de la mission ou parce que je l’ai envoyé là. Dieu l’a envoyé là-bas. Il y a un devoir que Dieu a donné à accomplir au pasteur Nam aux Philippines. Il ne mourra pas sans l’avoir accompli.

Il peut compter sur Dieu pour accomplir cela avec lui .Dis-lui de se reposer. Il ne mourra pas parce qu’il a attrapé la Dengue. Il peut partir seulement quand Dieu lui dit de venir. Nous ne pouvons simplement pas mourir, même si nous le voulons. »

C’était ce que j’avais dans mon cœur, aussi je lui dis tout cela en détail. Quelques jours plus tard, Pasteur Nam retrouva la santé miraculeusement. Il nous semble que certaines choses sont possibles tandis que d’autres non ; mais dans la Bible nous voyons que la volonté de Dieu s’accomplit.

 

JE SUIS CE QUE JE SUIS

Comme je l’ai mentionné plus haut, cette histoire explique en détail comment Dieu envoie le Saint-Esprit pour sauver l’Epouse de Jésus Christ, le marié, et pour l’amener au mariage au ciel.

Le serviteur fidèle n’a pas simplement pris l’épouse, mais l’a ornée merveilleusement. Cela nous montre précisément comment le Saint-Esprit nous rendra beau quand Il nous amènera comme Epouse de Christ.

Je n’ai pas essayé de devenir bon après être né de nouveau. Comment puis-je vaincre le péché et la tentation ?

Quand le désir et les ambitions de la chair s’élèvent, je n’ai pas la puissance de les supprimer. Comme une personne folle, j’ai vécu, conduit par mes désirs et mes ambitions.

Cependant Jésus-Christ m’a permis de surmonter ces désirs et ces ambitions après qu’Il soit devenu le Seigneur de mon cœur. J’ai vu cela très souvent. Cette conduite du Saint-Esprit est vraiment belle et précieuse.

Recevoir le pardon de nos péchés ne vient pas de nos efforts ni de nos bonnes œuvres. Cela doit venir de Jésus-Christ, il n’y a rien que nous ne puissions faire avec Jésus . Mener une vie sainte après avoir reçu le salut ne vient absolument pas de nous non plus.

Ce n’est pas le fait que vous fassiez le bien ou que vous cessiez de commettre le péché ; mais c’est le Saint-Esprit qui nous enlève notre saleté.

Croyez cela. Exactement comme le vieux serviteur apporta sur 10 chameaux tous les biens de son maître dont il orna Rebecca, le Saint-Esprit, directement des stock du ciel, nous apporte tous les biens du ciel. Il nous orne pour être saints, justes, purs, bénis et glorieux.

Même maintenant le Saint-Esprit travaille dans le cœur des saints nés de nouveau. Donc, ce n’est pas vous qui combattez pour vos péchés et ce n’est pas vous qui combattez la tentation.

Parce que le Saint-Esprit combat à votre place ,vous pouvez vraiment avoir la grâce, la paix et vivre parfaitement.  Comme le dit l’apôtre Paul

« Par la grâce de Dieu, je suis ce que je suis », et cela ne passe pas par notre bonté ni par nos propres efforts.

Quand nous lisons, verset par verset, Genèse chapitre 24 nous voyons que c’est la manière de Dieu de préparer toute chose pour nous. Etes-vous dégoûtant, sale et trompeur ?

Le changement n’est pas complet en vous ; mais vous êtes transformés merveilleusement à travers les bonnes choses que Dieu a préparées pour vous. C’est ce que nous appelons le processus pour devenir saint. C’est nous transformer à l’image de Jésus. Dieu a préparé des choses étonnantes pour nous parce qu’Il nous aime.

 

CAR LE MEME SAINT-ESPRIT EST AU TRAVAIL

Nous éduquons des étudiants à l’université dans une association appelée IYF (International youth fellowship). Des étudiants pleins de rancune envers leurs parents, d’amertume envers la société et ceux qui vivent entièrement selon la chair sont monnaie courante.

Cependant, quand ces étudiants entendent l’évangile, ils témoignent et réalisent que leurs péchés sont pardonnés par le Sang de Jésus-Christ, leur cœur est libéré du péché et leur vie change. Ce sont les mêmes étudiants mais leurs façons de penser changent.

Avant ils ne s’occupaient que d’eux-mêmes, suivant seulement les plaisirs de la chair, mangeant et buvant ; mais maintenant ces étudiants vivent pour les autres, aiment l’évangile et aiment le Seigneur.

Est-ce que cela est arrivé parce que quelqu’un leur a dit qu’ils devraient avoir tel cœur ? Ils ont changé parce que c’est le Saint-Esprit qui a conduit les cœurs de ces étudiants.

Ces choses étonnantes arrivent quand l’évangile est prêché. Quand nous prêchons l’évangile en Afrique, en Amérique ou en Inde ,les pensées des gens changent et leurs vies aussi. C’est comme cela parce que c’est le même Saint- Esprit qui change leur cœur.

Nos vies ne sont pas remplies par nous-mêmes mais à travers la providence et la volonté du Dieu Puissant. Notre salut ne vient pas de nos efforts ni de notre travail ; mais seulement du Sang de Jésus-Christ. La seule chose que nous pouvons faire c’est d’accepter, par la foi, la Grâce et l’Amour de Dieu.

Vivre une vie sainte  en recevant le salut et en ne commettant pas le péché n’est pas réalisé par notre travail ni nos propres efforts pour cela ; mais par le Saint- Esprit qui vient dans nos cœurs et nous conduit.

 

ESPERONS ET CROYONS EN CELUI QUI NOUS SANCTIFIE

Bien-aimés, quand nous ne réalisons pas que Dieu nous change pour vivre des vies précieuses, nous essayons de porter nos fardeaux nous-mêmes. Nous travaillons pour laver nos péchés et nous essayons de devenir justes, saints et pieux.

C’est parce que nous ne connaissons pas le monde de la foi qui est de croire en Dieu. Peu importe combien sales et dégoûtants nous pouvons être, quand nous venons devant Dieu, Il lave nos péchés et nous fait enfants de Dieu.

De plus, Il nous rend saints, parfaits et sans tâche si bien que nous n’avons aucune honte d’aucune sorte pour nous tenir devant Christ qui est l’Epoux. Nous devons croire en cette promesse de Dieu, nous reposer sur Dieu, et mettre notre espérance sur Dieu.

Si nous essayons de travailler nous-mêmes sans réaliser cela, plus nous essayerons, plus cela sera difficile.

Exactement comme Rebecca vivait à la campagne mais devint une femme belle et glorieuse en rencontrant l’ancien et fidèle serviteur d’Abraham, j’espère que vous vous souviendrez avec assurance qu’en rencontrant Jésus, nous vivons une vie belle et bénie.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *