Le fils né de l’incrédulité

 

« Saraï, femme d’Abram, ne lui avait point donné d’enfants. Elle avait une servante Egyptienne, nommée Agar.  Et Saraï dit à Abram : Voici, l’Eternel m’a rendue stérile ; viens, je te prie, vers ma servante ; peut-être aurai-je par elle des enfants. Abram écouta la voix de Saraï. Alors Saraï, femme d’Abram, prit Agar, l’Egyptienne, sa servante, et la donna pour femme à Abram, son mari, après qu’Abram eut habité dix années dans le pays de Canaan. Il alla vers Agar, et elle devint enceinte. Quand elle se vit enceinte, elle regarda sa maîtresse avec mépris. » (Genèse 16:1-4)

 

Parlons d’Abraham, qui est le père de la foi.Il est le père de la foi mais, au départ, il n’était pas un homme de foi. Dieu a clairement promis à Abraham : « Va-t’en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation…» (Genèse 12:1-2) Si à ce moment-là, Abraham avait été  une personne de foi en Dieu, il aurait cru en disant : « Je ne veux pas me soucier des circonstances, puisque c’est la promesse de Dieu, j’aurai une descendance comme les étoiles du ciel et comme le sable du bord de la mer. » Mais, il ne pouvait le dire.

C’est le pas que toute personne, qui entre dans la foi, doit faire. Abraham traversait cette étape. Cette étape était que, bien que Dieu lui ait dit qu’il aurait beaucoup de descendants, les circonstances actuelles paraissaient tout autre.

Comme dix ans étaient passés après que Dieu lui avait  fait cette promesse, Abraham était devenu vieux, et commençait aussi à penser à sa femme : « Bien que Dieu nous l’ait promis, il est impossible d’avoir un fils maintenant. » Si les circonstances coïncidaient avec la promesse de Dieu, alors, lorsqu’il entendit les Paroles de Dieu, il aurait simplement cru.

Si Sara était enceinte au moment où Dieu lui avait dit : « Tes enfants seront nombreux comme les étoiles du ciel et comme le sable du bord de la mer. », cela n’aurait pas du tout été difficile à croire. Mais dix ans avaient passé et Abraham devenait de plus en plus vieux, pendant que sa possibilité d’avoir un enfant diminuait toujours.

Cependant, Dieu dit qu’Abraham aurait beaucoup d’enfants, et ainsi Abraham expérimentait le conflit entre les circonstances et la promesse.

 

 

En faisant le pas de foi

Nos yeux qui voient les circonstances sont plus forts que nos yeux qui voient la Parole de Dieu. Ainsi nos cœurs sont constamment inclinés vers les circonstances ce qui nous empêche de croire en Dieu. La Bible nous parle souvent de cela.

Lorsque Lazare était malade dans Jean au chapitre 11, ses sœurs ont envoyé quelqu’un pour dire à Jésus de venir le guérir. Jésus n’était pas encore arrivé dans leur maison mais il dit : « Cette maladie n’est point pour la mort mais pour la gloire de Dieu. » Dans leur cœur, Marie et Marthe, qui avaient entendu ceci, ont pensé : « Si cette maladie n’est point pour la mort, alors notre frère vivra. »

Mais par la suite, l’état de leur frère, au lieu d’aller mieux le jour suivant, commença à devenir de plus en plus mal. Le cœur de ses deux sœurs  changeait selon les circonstances. « Le Seigneur a dit que notre frère vivrait, mais il va mourir. » « Si cela continue il mourra ! » « Oh, notre frère est en train de mourir ! »

La Parole de Jésus disparut de leur cœur et la réalité que leur grand frère mourrait se concrétisait.

De quelle quantité de foi les gens qui marchent par la foi ont-ils besoin pour croire en la promesse de Dieu ? Ils ont besoin de la foi qui est la Parole de Dieu, cela sera accompli comme cela a été formulé, bien que les circonstances paraissent autres.

Dieu veut sauver les gens de cette terre ; il veut faire d’eux des enfants de Dieu. Mais nous devenons des enfants de Dieu quand nous faisons le pas de la foi. Si nous croyons en la Parole de Dieu parce qu’il semble qu’elle s’accomplira, nous ne croirons pas seulement en Dieu mais aussi aux diseurs de bonnes aventures et tout autre personne.

Si les choses vont comme elles sont formulées, qui ne croirait pas ?

Satan crée des circonstances opposées aux promesses que Dieu nous a données dans le seul but de nous éloigner de la foi et de nous faire douter de la promesse. Si au moment où chaque chose semble impossible quand nous regardons à la situation ; mais que nous croyons en la Parole de Dieu parce qu’elle est la Parole de Dieu, c’est la vraie foi.

Voici comment Dieu est en train de conduire et d’entraîner ses enfants. Sans les charger du souci de ce qui apparaît à leurs yeux,  de la façon dont cela se manifeste selon leurs expériences, de la façon dont les circonstances évoluent, Dieu veut nous guider vers le pas de la foi et nous faire dire : « Si c’est ce que la Parole de Dieu dit, alors c’est vrai », et Dieu veut que vous croyiez en Sa Parole. Malheureusement beaucoup suivent seulement ce qui coïncide avec leur cœur ou les circonstances. Ils ne suivent pas la Parole quand cela ne coïncide pas avec leur cœur.

Dieu a clairement dit à Abraham : « Je ferai de toi une grande nation. » Alors Abraham sera une grande nation. Abraham aura certainement un fils pour devenir une grande nation.

Comment peut-il devenir une grande nation sans avoir un fils ? Abraham disait : « Je suis vieux et Sara ne peut plus espérer avoir d’enfant. Cependant, ce ne sont que les circonstances. Si Dieu me dit que j’ai un fils, Dieu me donnera un fils ! » C’est la vraie foi. Mais pour la plupart, les gens sont incapables d’avoir une telle foi.

 

Même si je dois prendre la servante

Nous appelons Abraham le père de la foi, mais au début il n’avait pas cette foi. Il était un humain de même nature que nous. En écoutant la promesse de Dieu, Abraham devait avoir demandé plusieurs fois à sa femme : « Chérie, aucune nouvelle ? », mais il n’y avait jamais de nouvelles.

Comme ils devenaient tous les deux de plus en plus vieux, la réalité se concrétisait plus que la Parole de Dieu dans le cœur d’Abraham. Alors Sara, sa femme, lui dit : « Dieu a fermé mon utérus. »  Notez qu’ il n’y a pas de changement dans le grand plan de Dieu pour donner plusieurs enfants à Abraham ni pour avoir Jésus-Christ, né de cette descendance, pour sauver l’humanité.

Cependant, cette pensée : « Dieu a fermé mon utérus » s’est éveillée dans le cœur de Sara. Elle est tombée dans l’incrédulité quand elle regardait aux circonstances.

En ce temps-là, Sara avait une servante égyptienne jeune et en bonne santé. Et Sara a pensé dans son cœur : « Si je ne peux pas avoir d’enfant moi-même, me serait-il impossible d’avoir un enfant par ma servante ? »

Quelle femme aimerait que son mari couche avec une autre femme ? Mais cependant c’est ce que Sara a proposé.

« Abraham ! il semble qu’il n’y ait pas d’enfant dans mes entrailles, mais il y en a dans les tiennes. Que penses-tu de prendre ma servante et d’avoir un enfant par son intermédiaire ? Ne pouvons-nous pas faire cela pour avoir un enfant ? »

La raison pour laquelle cette pensée est arrivée dans le cœur de Sara était qu’elle n’avait pas la moindre foi. Si Sara avait pu au moins penser : « Bien que je sois vieille et que je ne puisse pas avoir d’enfant, si Dieu a dit qu’il me donnera un enfant, je devrais être capable de porter un enfant.» alors, elle n’aurait pas donné sa servante à son mari.

Même si, dans son cœur, il y avait 1% de chance qu’elle ait un enfant, elle aurait placé là son espoir au lieu de penser à avoir un enfant par une autre femme. Cette pensée s’est éveillée en Sara parce que ,dans son cœur, toutes les possibilités d’avoir un enfant par elle-même s’étaient effondrées.

Les nombreuses pensées qui surgissent dans le cœur des gens ne viennent pas pour rien. Les pensées qui surgissent des gens sans foi sont différentes des pensées des gens qui ont la foi.

Soit les gens ont la foi, soit ils ne l’ont pas. Le pouvoir de l’incrédulité ne peut survenir quand il y a la foi.

Beaucoup de choses causent le manque de foi. Marie et Marthe ont pleuré quand Lazare est mort. Pourquoi ont-elles pleuré ? Dieu avait dit : « Cette maladie n’est point pour la mort, mais pour la gloire de Dieu. » mais elles n’ont pas eu la foi en cette Parole.

« Si c’est pour la gloire de Dieu alors Lazare reviendra à la vie pour que cela soit glorieux. Comment la gloire peut-elle venir dans cet état ? D’accord, bien qu’il soit maintenant mort, Dieu va ressusciter notre     frère ! » Si elles avaient cette foi dans leur cœur, même si leur frère était mort et qu’il sentait déjà, elles auraient dit aux autres : « Pourquoi pleurez-vous ? Notre frère n’est pas mort. Ne vous en faites car il va  ressusciter. »

« Vous êtes folles ! Il est mort, qu’est-ce qui ne va pas avec vous ? »

« Il paraît mort mais il n’est pas mort : Jésus a dit que la maladie de notre frère n’était pas une maladie pour la mort mais pour la gloire de Dieu. »

Cet état de cœur est la foi. Mais comme leur frère mourait petit à petit, la Parole de Jésus-Christ balançait et se fanait dans le cœur de Marie et de Marthe parce qu’elles n’avaient pas la foi de croire en Jésus.

Il semble que Sara était une femme pleine de bonnes intentions pour permettre à une autre femme d’entrer dans la chambre à coucher de son mari afin d’avoir un fils. Il semble qu’elle était vertueuse, qu’elle n’avait pas de jalousie. En fait, cela s’est finalement passé comme cela parce qu’elle n’avait pas la foi.

 

Le sacrifice et la prière de Saül découlent de l’incrédulité

Dans la Bible, Dieu maudit Saül pour lui avoir donné une offrande. Les philistins avaient attaqué Israël et Israël était dans une situation dangereuse. Saül avait peur et Dieu ne pouvait pas l’aider, alors il a donné une offrande à Dieu dans le but de recevoir son aide.

Cependant, cette offrande était un péché parce qu’elle venait de son incrédulité quant à la protection de Dieu.

Jephté a fait face à plusieurs soldats quand il se battait contre les Ammonites. Bien que Dieu fût avec lui, il s’est mis à penser : « Que ferai-je si Dieu ne m’aide pas ? », et il fut capturé par la peur dans son cœur.

Ainsi a-t-il juré à Dieu : « Si tu me délivres de la main des Ammonites, je t’offrirai en offrande la première personne ou chose qui viendra m’accueillir lorsque je rentrerai à la maison. » Quand Jephté, après avoir gagné la bataille rentra chez lui, sa fille qui était son seul enfant,  sortit l’accueillir avec des tambourins.

Finalement Jephté tua sa seule fille bien-aimée et la donna en offrande. Pourquoi Jephté a-t-il fait cela ? Dieu était avec Jephté et aux côtés d’Israël pour le protéger et pour qu’il sorte vainqueur de cette bataille. Parce qu’il ne crut pas en Dieu, il Lui fit cette proposition de lui-même. Tout ceci provient de l’incrédulité envers Dieu.

Il y a beaucoup de choses qui sont  la base de notre incrédulité dans la vie spirituelle que nous menons. Il y a plusieurs personnes qui essaient d’elles -mêmes de faire quelque chose. Les gens pensent : « Qu’y a-t-il de mauvais à vouloir essayer d’être bon ? »

Beaucoup de bonnes œuvres sont la base de notre incrédulité. Les gens essaient d’atteindre la bonté par eux-mêmes parce qu’ils sont incapables de croire que Jésus l’a atteinte pour eux.

Il y a beaucoup de personnes qui s’efforcent et crient pour avoir leurs péchés pardonnés. Ils paraissent être réellement sincères, mais de telles prières viennent de l’incrédulité. Ils ne croient pas que Jésus a versé son Sang sur la Croix et a ainsi lavé tous nos péchés.

Il n’y a personne qui ne pèche, mais ceux qui croient disent : « Seigneur, bien que je sois sale et mauvais, il est écrit que Ton Sang a coulé et a lavé tous mes péchés. Je crois que mes péchés sont lavés. » Ils ne prient pas ainsi : « Seigneur, lave mes péchés. » Au lieu de cela ils disent : « Merci d’avoir lavé mes péchés. »

Cependant, beaucoup de gens bien qu’ils sachent que Jésus est mort sur la Croix pour leurs péchés, pensent que leurs péchés ne sont pas lavés et prient tous les jours sincèrement : « Dieu, pardonne mes péchés. Lave mes péchés. » Il semble que leurs prières et leurs années de repentance soient sincères, mais d’un autre point de vue, parce que ces choses viennent de leur incrédulité et de la méfiance quant à l’œuvre parfaite du Sang de Jésus, leurs péchés demeurent.

Si vous croyez que le Sang que Jésus a versé sur la croix a pardonné vos péchés, pourquoi demandez-vous toujours que vos péchés soient lavés ?

La Bible dit : « Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités» (Hébreux 10:17) « Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige ; s’ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine. » (Esaïe 1:18)

Plusieurs passages dans la Bible disent que le Sang de Jésus a lavé nos péchés. Le livre de Romains dit que nous n’avons plus de condamnation. Il dit que nous sommes justifiés. 1 Corinthiens nous dit que nous sommes propres, et que nos péchés sont lavés.

Comme les gens ne croient pas en ces Paroles mais croient en leurs pensées, ils sentent que leurs péchés demeurent toujours. Parce que le péché s’élève en vous, il vous semble que vos péchés demeurent.

Il semble que votre prière est sincère quand quelqu’un qui n’a pas cette connaissance vous voit, mais c’est une prière de méfiance. C’est une prière qui doit être maudite. Saül fit une offrande. Jephté donna sa fille en offrande. Tous les deux pensaient ainsi obtenir la protection de Dieu. Ils étaient incrédules.

 

N’écoutez pas seulement cette voix

Sara, la femme d’Abraham pensait : « Je suis pitoyable, et je vieillis. Mon mari aussi est vieux et il devient de plus en plus vieux, il sera donc incapable d’avoir un fils. Avant que cela n’arrive nous devrions recevoir une semence de ma servante. »

Pourquoi ce cœur s’est-il éveillé en elle ? C’est parce qu’elle ne pouvait pas croire en cette promesse que Dieu leur donnerait un enfant. Pourtant Dieu leur avait très clairement fait cette promesse. De plus, y avait-il quelqu’un qui pouvait porter atteinte à cette promesse ?

Qui pouvait aller contre la promesse de Dieu ? Cela se produirait certainement puisque c’était ce que Dieu leur avait dit. Si les montagnes changent, si les eaux de la mer se rassemblent et surpassent les montagnes, la Parole de Dieu sera accomplie. Mais sans la foi, les gens suivent seulement les pensées humaines.

Plusieurs personnes, telles qu’Abraham et Sara ont manqué de foi, ne donnant pas à Dieu la place pour prendre soin d’eux. Au lieu de cela ils utilisèrent des méthodes humaines.

Quand il leur semble que Dieu ne leur accordera pas sa bonté, alors les gens essaient de devenir bons par eux-mêmes. Ils sont incapables de croire que Dieu a lavé leurs péchés, donc ils s’efforcent de laver leurs péchés par eux-mêmes.

Combien Dieu doit-il être choqué en voyant toutes ces choses ! : « Je vous ai aimés et j’ai toujours été pour vous, je vous ai protégés et je travaille ainsi pour vous mais pourquoi ne croyez-vous pas en Moi ? »

Cela doit briser le cœur de Dieu.

Bien-aimés, je voudrais vous poser une question. Si vous allez devant Dieu, êtes-vous souvent dans la condamnation et la honte parce que vous avez péché ? Toute personne qui pèche se sent condamnée et peinée parce que toute personne a une conscience.

Quand nous péchons notre conscience nous dit : « Tu es pécheur. Tu es un menteur. Tu trompes les autres. Tu as commis l’adultère. Tu es une personne terrible ! » Bien sûr c’est humain d’avoir de telles voix dans notre conscience. Cependant vous ne devez pas écouter cette voix, mais écouter la voix de Dieu dans la Bible.

« Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. » (Romains 3:23-24)

« Ah, j’ai péché, mais Dieu m’a appelé juste à travers la rédemption de Jésus ! Alors dois-je croire en mes pensées ou en ses Paroles ? Je dois croire en la Parole de Dieu. La Parole de Dieu dit que je suis justifié, que mes péchés ont été lavés et que Dieu ne se souviendra plus de mes péchés. Bien que je me souvienne de mes péchés, Dieu a lavé mes péchés et ne s’en souvient plus ! »

Nous devons croire en la Parole de Dieu de cette manière.

 

Au-delà de la méfiance

Malheureusement, les gens croient en leurs pensées plus qu’en la Parole de Dieu. C’est pourquoi Abraham eut un fils en couchant avec sa servante. Ce fils, Ismaël est le fils né de l’incrédulité.

Il y a plusieurs choses qui arrivent dans notre vie lorsque nous nous méfions de Dieu. Il y a plusieurs semences d’incrédulité que Dieu hait profondément parce que l’homme fait beaucoup de choses, sans aucune foi en Lui, avec ses propres méthodes et ses voies humaines. Toutes ces choses sont maudites par Dieu.

J’espère que vous irez au-delà de la méfiance. Sans vous soucier de ce que vous voyez et ressentez, j’espère que vous croirez en votre cœur : « Que dit Dieu ? » Dans la Bible, Jésus dit au paralytique : « Mon fils, tes péchés te sont pardonnés. »

Ces Paroles n’étaient pas seulement pour le paralytique, mais pour nous aussi. Parce que Jésus n’a pas été crucifié seulement pour les péchés de ce paralytique. Maintenant nous devons dire : « Ces Paroles sont des Paroles que le Seigneur m’a données pour moi.  Dans ces Paroles, le Seigneur dit que le péché du désir charnel et la tromperie dont je me souviens sont tous pardonnés. Sans me soucier de ce que je pense, c’est la vérité. » Acceptez la Parole de Dieu.

C’est comme cela que nous devons rejeter nos pensées et croire en la Parole de Dieu. Celui qui fait cela est un homme de foi.

Que faites-vous dans votre vie spirituelle ? Etes-vous en train d’œuvrer par vous-mêmes pour laver vos péchés,  êtes-vous incapables de croire que Jésus a pardonné vos péchés quand Il est mort sur la Croix ?

C’est le fruit de l’incrédulité. Abandonnez toutes vos méthodes et croyez en Jésus. Croyez que Jésus a pardonné vos péchés sur la Croix.

Cette foi vous apportera une vie belle et bénie.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *