Abraham qui lit le coeur de Dieu

« L’ange de l’Eternel appela une seconde fois Abraham des cieux, et dit : Je le jure par moi-même, Parole de l’Eternel ! parce que tu as fait cela, et que tu n’as pas refusé ton fils, ton unique, Je te bénirai et Je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est sur le bord de la mer ; et ta postérité, parce que tu as obéi à ma voix. » (Genèse 22 :15-18)

 

LA PAIX APPORTEE PAR LA FOI

 

La vie spirituelle est extrêmement facile et paisible. J’étais capable de mettre tous les soucis de mon cœur en sommeil, aussi longtemps que je vivais la vie spirituelle, en croyant en Dieu. J’étais spécialement capable de mettre en échec l’insécurité et la peur, en ayant la foi  en la promesse de Dieu. Puisque je suis pasteur, les gens peuvent penser :

« Pasteur Park doit être très pieux. »

Mais, quand je regarde à moi-même, je suis vraiment une personne insuffisante et pitoyable devant Dieu. Les choses de la chair et les pensées mauvaises s’élèvent toujours dans mon cœur.

Avant, quand un tel cœur s’élevait en moi, je me serais dit à moi-même : « je ne devrais pas avoir ce genre de cœur. Je ne devrais pas être comme cela ! »  J’avais peur et devenais inquiet.

Cependant maintenant, je ne suis plus comme cela. Parce que Dieu m’a sauvé, parce qu’Il me connaît et qu’Il a fait de moi son serviteur. Il est responsable de tout ce qui me concerne. Mes péchés et mes défauts ne sont plus mes problèmes, mais ceux de Dieu. Je suis vraiment en paix dans mon cœur parce que ce n’est pas moi qui essaie de réparer toutes ces choses ; mais je sais que c’est Dieu qui les répare.

Dieu dit à Abraham dans Genèse 22 : « Prends maintenant ton fils, ton unique, Isaac, celui que tu aimes le plus, va dans le pays du Mont Morija et offre-le en holocauste. »  Si les gens devaient entendre une telle voix et offrir leur fils en holocauste, comme cela serait douloureux !

Mais ce n’était pas le cas d’Abraham, parce qu’il avait la foi de croire en Dieu. La vie spirituelle devenait très facile pour Abraham après qu’il vint à connaître et à croire le cœur de Dieu.

 

ME VOYANT MOI-MEME AVEC LES YEUX DE DIEU

 

Je ne me connaissais pas bien : bien que je vécusse une vie sale méchante et trompeuse, quand je pensais à moi-même en utilisant mes propres critères, j’étais encore une personne propre, une personne avec une bonne vie spirituelle, une belle et grande personne.

Un jour, Dieu m’accorda la Grâce, moi qui pensais de cette façon. Je pense que Dieu m’a laissé emprunter Ses yeux qui étaient ouverts afin que je puisse me voir sous un angle complètement différent du mien.

Alors, tout de suite, je fus vraiment surpris, parce que j’ai découvert qu’il n’y avait personne d’aussi dégoûtant, d’aussi sale, d’aussi méchant ou mauvais que moi et qu’il n’y avait personne d’aussi insensé et trompeur que moi. Le cœur que j’avais de m’honorer s’effondra en voyant cela.

Avant, « Je » était le critère de tout parce que je m’étais fermement établi. J’aurais accepté quoi que ce soit qui m’apparaissait bon et correct dans mon cœur et je n’acceptais rien d’autre. Je connaissais la Parole de Dieu parce que je l’avais entendue auparavant, mais ne l’avais pas acceptée dans mon cœur. J’avais beaucoup de connaissance de la Bible, mais pas même la moindre pensée du cœur de Dieu ne restait dans mon cœur. Aussi étais-je effrayé, inquiet et honteux. Je vivais une vie sans repos dans mon cœur.

Un  jour, il m’arriva de me voir comme à travers les yeux de Dieu.    JEREMIE 17 V 9 « Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant : Qui peut le connaître ? »

Mon cœur, comme vu par les yeux de Dieu, est trompeur et désespérément mauvais. Cependant mon cœur vu par mes yeux n’était pas ainsi. Je disais : «  Bien que je mente parfois, bien que j’aie des zones d’ombre, je suis tout de même bon. »

Je vivais, et ma vie physique et ma vie spirituelle, avec des critères complètement différents de ceux de Dieu. Mais quand je me vis moi-même comme vu par Dieu, j’en vins à découvrir que j’étais un homme sale et méchant, qui méritait d’être maudit et détruit. Je devins désabusé envers moi-même et commençais à me haïr moi-même. Je me regardais dans la glace et criais, « Ock Soo Park ! Tu es un homme sale, tu es trompeur et misérable ! »

Je commençais à changer quand la foi de croire en moi-même s’effondra. Autrefois, quand mon propre cœur se tenait fermement, j’acceptais seulement les choses qui convenaient à mon cœur, peu importe ce que c’était. Mais depuis que mon cœur s’est écroulé, la Parole de Dieu, qui, avant, ne convenait pas à mon cœur, commença à entrer en moi. Ma vie commença à changer complètement et je fus renouvelé.

 

DIEU, NOUS A DONNE L’EAU

 

La Bible dit que Noé reçut la Grâce de Dieu. En d’autres mots, Noé trouva grâce aux yeux de Dieu. Dieu dit clairement à Noé : « La méchanceté des hommes est grande sur la terre, je les détruirai par l’eau. » Dieu lui dit également : «  fais-toi une arche de bois de gopher …»  Ainsi Noé découvre le cœur de Dieu qui lui accorde Sa Grâce.

Noé a alors à cœur de dire : « Dieu veut me sauver. Dieu veut m’accorder Sa Grâce. Alors, je devrais faire une arche. » Par la foi, « Comment construirai-je l’arche ? Je ne sais pas, mais puisque Dieu veut me sauver, j’ai seulement besoin de suivre la Parole de Dieu ! » Aussi Noé fut capable de construire l’arche.

Moi, aussi j’en suis venu à connaître le cœur de Dieu en recevant la Parole de Dieu dans ma vie. Nous avons construit un centre de retraites sur le Mont Daeduk,  situé dans la ville de Gimcheon. Il était difficile d’amener l’eau à cet endroit, car nous avions construit au sommet de la montagne.

Nous avions besoin d’une énorme quantité d’eau, afin que les gens puissent boire, se laver, prendre une douche, préparer les repas et faire la cuisine pendant les retraites. Nous voulions exploiter l’eau du sol et nous avions besoin de plus de 300 tonnes d’eau par jour. Nous avons creusé jusqu’à 3.600 pieds pour trouver l’eau. Mais, comme nous n’en trouvions pas, nous étions  atrocement déçus.

« Comment pouvons-nous tenir des retraites sans eau ? »

Je priais Dieu tôt, chaque matin.

« Seigneur, donne-nous de l’eau ! »

Après que j’eus reçu le salut et que Jésus entra dans mon cœur, je pouvais sentir, de temps en temps, que le Seigneur me conduisait selon ses pensées qui étaient différentes des miennes. Après que j’eus prié pendant environ une vingtaine de jours pour ce problème d’eau, certaines pensées commençaient à s’élever en moi.

Quand nous voulions acheter la montagne où nous avons construit le centre de retraites, c’était impossible de le faire, mais nous l’avons achetée par la Grâce de Dieu.

Cela semblait également improbable pour nous d’être capables de faire une route jusqu’en haut de la montagne à cause du village en dessous ; cependant cela fut fait avec l’aide de Dieu. Je pensais spécialement à la façon dont nous avions posé un pont au-dessus de la crique, à l’entrée de la montagne…Pour construire le pont, de larges piliers devaient être enfoncés dans la crique pour supporter la charge du pont, ce qui était coûteux.

Ceci fut extrêmement difficile pour nous, qui n’avions aucune expérience dans la construction.

De plus, les gens du village prétendaient que construire ce pont  près de leurs champs ou de leurs fermes, détournerait la circulation de l’eau et endommagerait leur culture. Tout cela causait des disputes quant à l’endroit où nous devions construire le pont. Finalement, un officier de la mairie décida de construire le pont juste au-dessus de la cascade pour mettre fin aux disputes et nous avons fini par construire le pont en contrebas de l’endroit où nous voulions primitivement le construire.

Alors, à cet endroit nous avons tout d’abord essayé d’enfoncer de larges piliers ; mais le sol étant de roches très dures il ne fut pas nécessaire d’enfoncer des piliers et nous avons pu construire le pont directement. Au milieu de la construction du pont, un officier de la mairie vint un jour et nous demanda pourquoi nous construisions le pont sans enfoncer de piliers. Nous lui avons dit que le sol était fait de roches solides. Il dit qu’il ne pouvait y avoir de roche dure dans la crique et ne nous crut pas. Quand la grue racla le sol de la crique et révéla que c’était vraiment une roche dure, l’officier de la mairie secoua la tête disant :  « C’est étrange… Je n’ai jamais vu une telle chose dans ma vie ! » Et il partit.

A cause des disputes parmi les villageois, nous avons pu changer le lieu de construction du pont et avons ainsi économisé des centaines de milliers de dollars. Nous avons vu l’aide de Dieu dans cela aussi. Même après, nous avons souvent vu la main de Dieu nous aider dans la construction du centre de retraites. Il y avait beaucoup de choses impossibles à faire sans l’aide de Dieu, je ne pouvais nier que c’était Dieu qui les avait faites.

Tandis que je priais pour obtenir de l’eau, le nombre de fois où Dieu nous aida me vint à l’esprit, et comme si Dieu avait  le cœur de me dire : « Je vous ai tellement aidé. Ne vous aiderai-je pas aussi pour obtenir de l’eau ? » même si nous avons construit le pont et fini de construire le centre de retraites, nous ne pouvions tenir aucune retraite, à moins d’avoir de l’eau, et alors tout ce travail aurait été vain.

Le centre de retraites comportait également une piscine pour les enfants.

Nous pouvions recevoir 80 tonnes d’eau par jour depuis la crique, garder l’eau dans une citerne et l’utiliser peu à peu, mais c’était loin d’être suffisant, car nous avions beaucoup de manifestations prévues et beaucoup de personnes devaient y venir. Alors nous avons creusé pour chercher une nappe phréatique.

Les travaux commencèrent et j’espérais beaucoup trouver une source chaude. Mais bien loin de trouver une source chaude, même l’eau ordinaire nous demeurait inaccessible. Nous avons creusé à travers la fondation souterraine avec une machine spéciale. Plutôt que d’avoir une arrivée de source chaude, un genre de poudre blanche, comme de la fumée blanche sortit des canalisations et recouvrit la montagne ; ce qui faisait penser qu’il y avait le feu sur la montagne. Je sentais comme si mon cœur brûlait.

Alors que nous avions foré jusqu’à 3.600 pieds et que nous ne trouvions pas d’eau, je priais Dieu et Il parla à mon cœur : « Je  vous ai aidé quand vous avez acheté la montagne. Je vous ai aidé pendant la construction du pont, de la route, du bétonnage de la route. Pour obtenir le permis d’abattre les arbres, Je vous ai aidés. Dans la construction du centre de retraites, Je vous ai aidés. Pour avoir et l’électricité et le téléphone, Je vous ai aidés. »

Si Dieu ne m’aide pas avec le dernier problème, à savoir, le problème de l’eau, toute l’aide que j’ai déjà reçue, jusqu’à maintenant, est dénuée de sens. Quand Dieu m’amena à penser comme cela, l’assurance que Dieu, nous donnerait de l’eau s’éleva en moi.

 

VOUS NE POURREZ JAMAIS OBTENIR DE L’EAU ICI.

 

Avant cela, nous avions appelé un spécialiste des eaux souterraines. Cela  coûte 10.000 dollars de l’avoir une journée pour chercher l’eau ; mais nous avons décidé de ne l’employer qu’une demi-journée pour 5.000 dollars. Il vint donc et vit l’endroit où nous avions creusé pour trouver une source.

Il demanda alors : « Qui a dit de creuser ici ? »

« Nous avons juste décidé de creuser ici. »

« Vous ne pourrez jamais obtenir de l’eau ici. »

« Monsieur, nous savons que nous ne pouvons pas obtenir de l’eau ici, dîtes-nous où nous pouvons avoir de l’eau. »

Il regarda vers la montagne et dit : « Vous ne pouvez pas avoir d’eau de cette montagne. » Puis il alla à sa voiture, conduisit 3,5 kilomètres vers l’entrée du village et nous dit de forer à cet endroit ; car là, il y a de l’eau. Même s’il y a de l’eau là, comment pouvons-nous l’amener jusqu’au centre de retraites tout en haut de la montagne ? J’étais très déçu.

Mais quand je priais Dieu, la foi que Dieu nous donnerait de l’eau, s’élevait constamment dans mon cœur. J’ai donc donné un témoignage à l’église alors que je prêchais : «  Nous avons dépensé 100.000 dollars pour forer à 3.600 pieds sous terre ; mais nous n’avons pas trouvé une goutte d’eau. Le spécialiste de l’eau dit qu’il n’y a pas d’eau sur la montagne, mais Dieu m’a donné la foi, dans mon cœur, qu’Il nous donnerait de l’eau ! »

Je lis le cœur de Dieu. « Dieu était content que nous voulions tenir des retraites et Il nous a aidé pour chaque aspect de la construction de ce centre de retraites. Alors, Il nous donnera de l’eau aussi ! » Puis j’ai oublié tout le problème de l’eau.  Le temps passa, et un jour pendant une retraite, il y eut une annonce disant : « Ecoutez tous, il y a de l’eau en trop, alors, s’il vous plaît, utilisez tout ce que vous voulez. »

Je ne pouvais pas comprendre et appelais le frère qui avait fait cette annonce.

« Comment se peut-il qu’il y ait de l’eau en trop ? »

« Pasteur, nous avons de l’eau en trop. »

Je parlais avec le frère, qui avait trouvé l’eau : comme le trou que nous avions foré pour la recherche de la nappe phréatique ne donnait rien, il devait boucher ce trou. S’il ne le faisait pas, des saletés entreraient dans la canalisation et pollueraient cet endroit souterrain. Pour boucher ce trou, il devait enlever la canalisation que nous avions installée. Mais ce n’était pas facile d’enlever cette canalisation à 3.600 pieds.

Quand finalement il réussit à attraper la canalisation avec l’excavateur et essaya de tirer, l’excavateur se souleva tandis que la canalisation restait complètement coincée. Alors le frère poussa et tira la canalisation avec l’excavateur pour l’enlever et soudain,  « Pschitt !!! » l’eau arriva jaillissante.

Le frère était si content qu’il criait : « Il y a de l’eau ! »

Il chantait et dansait tout à la fois. Quand ils calculèrent la quantité d’eau, il y avait 450 tonnes par jour.

 

PARCE QU’ABRAHAM LUT LE CŒUR DE DIEU

 

Quand je lis la Bible, je ne lis pas le contenu mais le cœur de Dieu. Il y a quelques années, quand mon fils était étudiant à l’étranger, je disais parfois à mon fils : « Hé grand gars, écris-moi une lettre de temps en temps. »  Alors,  mon fils m’envoyait une lettre. Puisque c’était une lettre de mon bien-aimé fils, je la parcourais et la mettais dans mon sac.

Plus tard, quand j’avais le temps, je la reprenais calmement et la lisais lentement. Cette fois je ne lisais pas seulement le contenu, mais pensais : « Je me demande pourquoi il dit cela ? » J’essayais de lire le cœur de mon fils dans sa lettre.

Quand nous lisons la Bible, au début c’est seulement l’intrigue qui se présente à nos yeux. L’histoire qui relate comment David a tué Goliath avec une fronde et une pierre et l’histoire d’Esther sont vraiment excellentes. Mais quand nous lisons la Bible en recevant le cœur de Dieu, nous pouvons voir le cœur de Dieu dans la Bible.

Noé aussi put lire le cœur de Dieu. « D’un côté le cœur de Dieu dit, qu’Il a à cœur de nous sauver, nous qui devrions être détruits parce que nous sommes pleins de péchés ! Dieu est en train de nous accorder Sa Grâce pour nous sauver ! Alors nous seront sauvés ! »

Noé a pu construire l’arche, non seulement parce qu’il écouta la Parole de Dieu, mais parce qu’il lut le cœur de Dieu.

Au début, Abraham écoutait seulement la Parole de Dieu ; mais il ne pouvait pas accepter le cœur de Dieu qui lui disait ces mots. C’est pour cette raison qu’il parlait toujours à partir  de ses propres pensées. Puis, un jour, Abraham lut le cœur de Dieu : « Pourquoi Dieu me dit-Il de quitter mon pays, mes parents et la maison de mon père ? Le cœur de Dieu est de faire de moi une grande nation. Alors je deviendrai une grande nation. Ma descendance sera aussi nombreuse que les étoiles dans le ciel et le sable du bord de la mer. »

Dieu travailla beaucoup dans le cœur d’Abraham et maintenant Abraham écoute non seulement la Parole de Dieu ; mais voit le cœur de Dieu. Alors il fut capable d’avoir ce cœur.  Il était maintenant capable d’avoir la foi que Dieu lui donnerait un fils. A cause de cette foi, il eut Isaac.

Même quand Dieu dit à Abraham de lui offrir Isaac en holocauste sur le mont Morija, Abraham connaissait le cœur de Dieu. C’est parce qu’il sait, qu’à travers Isaac, Dieu lui donnera une descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable du bord de la mer, qu’Abraham se sent libre.

« Sûrement, Dieu m’a dit d’offrir Isaac, mais Dieu, par Isaac, me donnera des descendants aussi nombreux que les étoiles du ciel et que le sable du bord de la mer. Donc, même si j’offre Isaac en holocauste, finalement il vivra, se mariera et aura des enfants. »

C’est comme cela qu’Abraham exprima sa foi.

 

LA VIE SPIRITUELLE C’EST LIRE LE CŒUR DE DIEU

 

La foi, c’est lire le cœur de Dieu. Quand je lis la Bible après avoir connu le monde de la foi, chaque verset et chaque histoire des Ecritures ne sont pas seulement de simples histoires ; mais j’en viens à réaliser qu’elles reflètent le cœur de Dieu. J’ai changé en recevant  le cœur de Dieu dans mon cœur à travers les Paroles de la Bible quand je lis la Bible.

Jésus est né dans une étable sale et dégoûtante ; mais cette étable se changea en un lieu glorieux, où l’on pouvait entendre les chants des anges. De même quand le cœur de Dieu entra dans mon cœur dégoûtant, sale et méchant, mon cœur devint glorieux. Alors le cœur de Dieu travailla en moi.

Abraham reçut le cœur de Dieu. Abraham connaissait le cœur de Dieu, et Dieu connaissait le cœur d’Abraham. Que dit Dieu à Abraham ?

« Puisque tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique… »

Dieu lut le cœur d’Abraham, qui, ayant foi en Dieu, n’a pas épargné son fils.

Dieu lut le cœur d’Abraham et Abraham lut le cœur de Dieu. A cause de cela le cœur de Dieu et le cœur d’Abraham devinrent un. A partir de ce moment, leurs deux cœurs étaient unis en un seul.

Abraham n’avait plus de souci quoi qu’il fasse. Que ce soit le mariage d’Isaac ou les enfants d’Isaac, Dieu accomplirait tout.

Quand moi aussi, je découvris que mon cœur était un avec celui de Dieu, j’eus  une paix et une vraie liberté parce que j’avais la foi que Dieu accomplirait toute chose, même si je ne faisais rien pour que cela soit ainsi. Souvent les choses auxquelles je faisais face me paraissaient impossibles, me paraissaient être de gros problèmes ; Sans me soucier de ce qu’ils étaient aux yeux de l’homme, j’avais confiance en mon travail parce que j’avais l’assurance que Dieu accomplirait toute chose.

Bien-aimés, je suis véritablement un être humain dégoûtant, sale et plein de péchés ; mais j’ai découvert que le cœur de Dieu voulait me laver.

La volonté de Dieu était de me laver même s’Il devait envoyer Son Fils Jésus-Christ sur la terre. J’ai lu cette volonté de Dieu.

Ainsi, parce que je crois que Dieu m’a lavé de mes péchés, Dieu et moi sommes devenus un et le repos est dans mon cœur.

La vie spirituelle, c’est lire le cœur de Dieu, c’est recevoir le cœur de Dieu.  Quand le cœur de Dieu et mon cœur deviennent un, peu importe ce que je fais, cela est accompli par Dieu. J’ai le repos, la liberté et cela glorifie Dieu.

Si vous n’avez pas le cœur de Dieu, vous serez menés par vos propres pensées. J’espère que vous serez libéré de cela. Recevez le cœur de Dieu, et devenez des personnes qui vivent avec le même cœur que Dieu.

 

 

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *