Le fils né de la foi

« Dieu dit à Abraham : Tu ne donneras plus à Saraï, ta femme, le nom de Saraï ; mais son nom sera Sara. Je la bénirai, et je te donnerai d’elle un fils ; je la bénirai, et elle deviendra des nations ; des rois de peuples sortiront d’elle. Abraham tomba sur sa face ; il rit, et dit en son cœur : Naîtrait-il un fils à un homme de cent ans ? Et Sara, âgée de quatre-vingt-dix ans, enfanterait-elle? Et Abraham dit à Dieu : Oh ! Qu’Ismaël vive devant ta face ! Dieu dit : Certainement Sara, ta femme, t’enfantera un fils ; et tu l’appelleras du nom d’Isaac. J’établirai mon alliance avec lui comme une alliance perpétuelle pour sa postérité après lui. » (Genèse 17:15-19)

 

Brisons les treize années d’incrédulité

Abraham avait deux fils. L’aîné, Ismaël, est né de la méthode humaine. Ismaël est le fils né de l’incrédulité envers la promesse de Dieu, car Dieu avait promis à Abraham qu’Il lui donnerait un fils. Le second fils, Isaac est né selon cette promesse de Dieu.

Treize années après la naissance d’Ismaël, Sara conçut Isaac. Abraham avait 99 ans lorsque Sara en avait 89. Elle ne pouvait donc plus espérer avoir d’enfants et elle était tellement vieille qu’il lui semblait, de toutes manières, impossible qu’Abraham et elle puissent avoir un fils. Alors qu’ils avaient abandonné l’espoir d’avoir un enfant, un jour un messager de Dieu vint et chercha Abraham pour lui dire : « Ta femme, Sara, aura un fils. »

Abraham a ri. « Comment un homme de 100 ans peut-il avoir un enfant ? Sara en a 90…. »

L’incrédulité qui est apparue dans le chapitre 16 a continué jusque dans le chapitre suivant. Abraham pensait que c’était seulement normal  parce qu’il n’avait pas eu de fils depuis treize ans.

Maintenant la Parole de Dieu pénètre dans le cœur d’Abraham et y travaille pour insérer la foi  qu’il aura un fils, ce qu’il pense être impossible. Ensuite Satan a amené les circonstances et a fait s’effondrer sa foi de croire en Dieu, en disant : « Tu ne peux pas avoir un fils ! Un homme aussi vieux que toi ! C’est impossible ! » Le but était de provoquer la méfiance, qui est l’opposé de la Parole de Dieu. En d’autres termes, Dieu change nos cœurs d’incrédulité pour nous conduire à avoir la foi.

Observez les personnes qui suivent les traces de Satan dans leurs cœurs, Satan remplit leur cœur de méfiance.

Observez maintenant les personnes qui suivent les traces de Dieu, Dieu remplit leur cœur de foi.

Quand Sara  entendit la promesse de Dieu, elle crut, tout d’abord, dans son cœur, que cette promesse s’accomplirait. Mais tandis qu’elle et son mari devenaient de plus en plus vieux, et n’étaient plus capables d’avoir un fils ,encore moins après dix ans ; Satan alors a commencé à travailler dans le cœur de Sara.

« Tu es vieille. Comment peux-tu avoir un fils ? C’est impossible ! » Quand Sara a entendit la voix de Satan, il lui sembla vraiment qu’elle ne pourrait plus avoir un fils. C’est pour cette raison qu’elle a dit à sa servante, Agar, de coucher avec Abraham ; et Agar lui donna un fils.

C’était une méthode humaine complètement opposée à la volonté de Dieu. Mais pendant treize années ,Abraham et Sara pensaient avoir fait une chose normale. Dieu voulut briser l’incrédulité qui s’était endurcie pendant treize ans dans le cœur d’Abraham.

Dieu voulait anéantir ce cœur qui ne croyait pas en Lui, ce cœur qui regardait aux circonstances. C’est ainsi, qu’Il apparut à Abraham.

« Ta femme, Sara, aura un fils. »

Abraham était déjà rempli de méfiance en pensant qu’il ne pouvait plus avoir un fils, il a donc ri car il avait déjà Ismaël.

« Comment un homme de 100 ans peut-il avoir un enfant ? Et ma femme Sara en a 90…. »

Il parlait seulement de son point de vue humain, de sa logique et de son expérience. Dieu s’est encore adressé à lui.

« Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Eternel ? Le Seigneur ne peut-il pas te donner un fils parce que tu es trop vieux ? Dieu ne peut-il pas te donner un fils parce que Sara ne peut plus espérer avoir d’enfant ? C’est le Seigneur qui te donne un fils. Pourquoi ne crois-tu pas ? »

Par la suite la Parole de Dieu entra dans le cœur d’Abraham et l’incrédulité qui demeurait en lui commença à se briser.

« Oui, c’est vrai. Dieu a dit qu’il me donnerait un fils. Dieu est le seul qui puisse me donner un fils, où est le problème si je suis vieux ? »

La foi surgit dans le cœur d’Abraham.

« Oui Dieu,  j’aurai un fils. »

Les circonstances faisaient qu’ Abraham était très vieux et  que Sara ne pouvait plus espérer avoir d’enfant. Il n’y avait pas la moindre possibilité qu’elle puisse avoir un fils, et cela n’avait pas de sens selon l’expérience, la logique et les méthodes de l’homme. Mais en écoutant et en acceptant les Paroles de la promesse de Dieu, Abraham eut cette foi : « C’est vrai, j’aurai un fils ! »

 

C’est par la foi que Sara fut rendue capable de concevoir

Dieu, une fois encore, apparut à Abraham et lui  parla.

« Où est ta femme Sara ? »

« Elle est dans la tente. »

« Au temps fixé, ta femme Sara aura un fils. »

Sara qui écoutait à l’entrée de la tente se mit à rire.

« Maintenant que je suis vieille, aurais-je encore des désirs ? Mon seigneur aussi est vieux. »

C’était purement des pensées humaines. Humainement parlant, c’est seulement naturel de penser : « Je suis vieille et mon mari aussi est vieux. Quel désir puis-je avoir ? Comment puis-je avoir un fils ? » Vous aussi, vous diriez ces choses humaines plutôt que d’avoir la foi de croire en Dieu. Sara, en tant qu’humaine, parlait de ce qu’elle voyait et ressentait. Dieu voulait briser cette incrédulité dans le cœur de Sara.

« Pourquoi Sara a-t-elle ri en disant : Puis-je porter un enfant, moi qui suis vieille ? »

Sara, qui était effrayée, sans le savoir a dit : « Non, je n’ai pas ri. »

C’était un mensonge spontané, mais Dieu a dit : « Au contraire, tu as ri. » La même chose qui est arrivée au cœur d’Abraham s’est produite ici dans le cœur de Sara. Dieu a dit qu’il lui donnerait un fils, mais depuis longtemps l’incrédulité avait capturé son cœur. Pour elle, il était impossible qu’elle puisse encore avoir un enfant.

Mais quand la Parole de Dieu entra dans le cœur de Sara, cette incrédulité disparut complètement.

Cette foi est entrée dans son cœur : « Si Dieu me donne un fils, donc même si je suis vieille, j’aurais un fils ! »

Hébreux chapitre 11 verset 11 dit : « C’est par la foi que Sara elle-même, malgré son âge avancé, fut rendue capable d’avoir une postérité, parce qu’elle crut à la fidélité de celui qui avait fait la promesse. »

Jusqu’à présent, son corps était vieux et impuissant, mais son corps changea étrangement quand l’incrédulité se brisa. La force commença à se former en elle dès qu’elle eut la foi.

La force d’avoir un fils est en Dieu, et quand elle a dit : « Oui, Dieu. Si tu le fais, je peux avoir un fils », la foi a surgi en elle, le cœur de Dieu et le cœur de Sara devinrent un. Ce cœur est devenu le canal pour Sara lui permettant de recevoir la puissance de Dieu.

« Chéri, ne parais-je pas plus jeune de 50 ans ? Je ne sais pas pourquoi mon appétit est si bon ces jours-ci. Chéri, sortirons-nous pour faire du sport ? »

C’est quelque chose de vraiment merveilleux.

 

La Parole doit être au-dessus

J’ai vu plusieurs œuvres de Dieu. Oui j’ai vu plusieurs fois Dieu à l’œuvre. Je dis souvent que l’eau coule à travers les tuyaux d’eau, l’électricité passe à travers les fils électriques et les œuvres de Dieu coulent de cœur à cœur. Mais tristement, beaucoup de gens ont un cœur différent de celui de Dieu.

La raison est que nos cœurs sont différents de celui de Dieu : bien que Dieu ait la puissance, nous, nous regardons les circonstances. Le cœur de Dieu dit : « Tu auras un fils », mais nous regardons les circonstances et disons : « Je suis trop vieille, je ne peux plus avoir un fils. » Nos cœurs sont différents de celui de Dieu.

Dans Jean chapitre 5, Jésus a dit à l’homme malade depuis trente-huit ans : « Lève-toi, prends ton lit et marche. » Cependant, cet homme avait ce cœur : « Comment puis-je me lever ? »

Mais en écoutant les Paroles de Jésus, il a pensé : « Bien, je vais croire en ces Paroles pour une fois. Il est venu à moi et m’a dit de marcher, alors laissez-moi marcher ! », et il  changea son cœur.

Quand il essaya de marcher de tout son cœur, son cœur est devenu comme celui de Jésus et leurs cœurs ont coulé ensemble. A travers ce cœur, la puissance de Jésus lui était donnée pour qu’il puisse marcher et il a marché.

La foi c’est que nous acceptions la Parole de Dieu pour avoir le même cœur que lui quand nous avons un cœur différent du sien. Le cœur de Sara devint un avec celui de Dieu et elle obtint la foi.

Ainsi la force de concevoir a travaillé dans chaque partie de son cœur, et elle fut capable d’avoir un enfant.

Comme nous vivons dans ce monde, nous ne pouvons pas ignorer nos expériences, nos connaissances ou notre logique. Nous vivons en comptant sur toutes ces choses.

C’est seulement normal. Mais sans se soucier de ce à quoi nous faisons face, si vous vous tenez devant Dieu, la Parole de Dieu doit être placée au-dessus de vos pensées. Dieu doit être placé au-dessus de vos méthodes, connaissances ou expériences.

Quand le général d’une armée crie : « Attaquez ! », un subalterne peut dire : « Non, nous ne pouvons pas », mais l’ordre du général sera suivi.

De même, étant donné que Dieu a une position plus élevée que vous, bien qu’à vos yeux vous ne puissiez pas marcher, vous pouvez marcher quand Dieu vous dit de marcher. Bien qu’à vos yeux vous ne puissiez pas avoir un enfant, si le Seigneur dit que vous aurez un enfant, vous aurez un enfant.

De cette manière, la Parole de Dieu doit être au-dessus de votre cœur. Sans vous soucier de ce que cela semble à vos yeux, vous devez accepter la Parole de Dieu par la foi, en reniant vos propres pensées.

Abraham, jusqu’à maintenant, n’avait pas cru en Dieu. Il regardait seulement les circonstances. Les circonstances montraient qu’il était trop vieux pour avoir un fils, mais Dieu aimait Abraham et s’est approché de lui avec la Parole  « Ta femme, Sara, aura un fils. »

« Comment un homme de 100 ans peut-il avoir un enfant ? Sara en a 90…. »

« Pourquoi ris-tu ? Appelle ton fils Isaac. Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Eternel ? »

Alors la Parole de Dieu est entrée dans le cœur d’Abraham et y a chassé la méfiance.

Les 66 livres de la Bible sont les Paroles de Dieu. Quand ces Paroles mettent en défaite votre expérience, logique et connaissance, sans se soucier de comment elles sont, ces dernières sont placées en dessous de la Parole de Dieu. Donc, quand vous acceptez la Parole de Dieu, Dieu commence à travailler puissamment dans votre vie.

 

Recevoir le pardon du péché

C’est aussi vrai en recevant le pardon des péchés par la foi. Les gens disent qu’ils croient en Jésus. Ils savent que Jésus a été crucifié sur la croix pour leurs péchés.

Comment cela paraît-il dans vos pensées ? Les souvenirs d’avoir péché tourmentent-ils votre cœur et vous font-ils ressentir de la culpabilité dans votre conscience ?

Si ,dans leur cœur, les gens pensent : « Je ne pense pas que ce péché puisse être pardonné. Il n’y a aucun moyen par lequel ce péché puisse être pardonné. Ce péché demeurera. »

C’est comme cela que vos pensées se manifestent, mais si les Paroles de la Bible disent que vos péchés ont été pardonnés, alors vous devez croire en ces Paroles de Dieu. Même si vous péchez chaque jour et avez toujours des cœurs menteurs qui surgissent en vous, vous devez mettre la Parole de Dieu au-dessus de toutes ces choses.

Ce cœur : « Comment puis-je être bon et juste ? Je suis un pécheur. », est le même cœur que le cœur d’Abraham qui regardait aux circonstances en pensant qu’il ne pouvait pas avoir un fils.

« Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Eternel ? »

Dieu parle à nos cœurs.

« Si Dieu envoie Jésus pour laver nos péchés, ne le ferai t-il pas ? Pouvez-vous devenir saint si Dieu vous rend saint ? Pouvez-vous devenir aussi blanc que la neige si Dieu le fait ainsi ? »

« Dieu, si tu le fais, je peux être pur ,peu importe combien sale je suis. Dieu, si tu le fais, je serai saint. Cela n’a pas marché quand j’ai essayé moi-même de laver mes péchés et essayé de ne plus pécher. Mais Dieu, si tu le fais, je serai juste et propre. »

C’est comme cela que vous devez croire.

« Je suis rendu propre par Jésus portant la croix. Pourquoi Jésus, qui a porté la croix, ne pourrait-il pas me rendre pur ? Il m’a rendu pur ! »

Abraham avait deux fils : l’un d’eux Ismaël, était le fils né de l’incrédulité envers la promesse. Il était un fils né de l’incrédulité. Ismaël est un fils né à travers les méthodes humaines parce qu’il leur avait semblé que Dieu ne leur donnerait pas d’enfant.

Leur second fils, Isaac, était le fils né de la foi  en la promesse de Dieu. Abraham était vieux et Sara aussi ne pouvait plus espérer avoir d’enfant, donc c’était impossible pour eux d’avoir un fils. Cependant, par la suite, ils eurent un fils par la foi qu’ils auraient un fils, si Dieu leur en donnait un.

C’est aussi vrai pour nous, en recevant le pardon des péchés. Ce n’est pas parce que c’est humainement possible.

« Je ne peux pas devenir propre, peu importe mes efforts pour le devenir. C’est impossible pour moi de devenir pur. »

Souvent, c’est comme ceci que cela semble à l’homme. Vous finissez par réaliser vos limites dans ce que vous faites et voyez que vous ne pouvez pas le faire. Donc maintenant vous devez compter sur Dieu qui fait tout le travail.

« Si Dieu me rend propre, alors je suis propre. Si Dieu me rend saint, alors je suis saint sans me soucier des circonstances. Si Dieu me rend bon, je suis bon même si je suis mauvais. » C’est cela croire au Sang que Jésus a versé sur la croix pour moi. C’est compter sur le Sang de Jésus-Christ.

« D’accord. Jésus est mort sur la croix pour moi. Jésus a parfaitement accompli ce que je ne pouvais faire, Il m’a rendu propre et saint. » Ce n’est pas fait par vos bonnes actions ou vos efforts pour devenir saints. Sans vous soucier de qui ou de comment vous êtes, vous pouvez devenir justes.

 

Seulement à travers la foi en Jésus

Abraham avait deux fils : l’un est le fils né de l’incrédulité et l’autre est le fils né de la foi. Le fils de l’incrédulité est le résultat de la recherche de méthodes humainement possibles.

Un fils étant né par la foi peut paraître humainement impossible, mais est le résultat de la foi en Dieu.

Dans nos vies spirituelles c’ est aussi vrai quand on veut recevoir le pardon du péché et devenir justes et saints. Cela peut paraître impossible d’un point de vue humain, mais c’est le résultat de la foi  en la Parole de Dieu.

C’est regarder Jésus-Christ, qui fut crucifié selon la promesse de Dieu. S’Il fut crucifié pour pardonner nos péchés, cela signifie que nos péchés ont été lavés. Si le Sang de Jésus a coulé pour nous rendre saints, alors nous avons été rendus saints. L’œuvre qu’il a accomplie à la Croix est parfaite.

C’est nous qui avons besoin de quelque chose, ce n’est pas Jésus. La vraie foi c’est quand nous ne croyons plus en nous-mêmes  mais que nous croyons uniquement en Jésus, en l’œuvre de Sa Croix, en Son Sang versé pour nos péchés.

Abraham, eut un fils alors que c’était humainement impossible, mais il  crut en la promesse que Dieu lui avait faite.

Nous, devenant saints et justes, c’est quelque chose que nous ne pouvons pas imaginer, mais nous croyons en Dieu.

C’est parce que Jésus a porté mes péchés à la croix pour me rendre saint et juste que je suis saint et juste. Jésus a-t-il échoué ? Non certainement pas.

Je crois que je suis un tas de péchés et que je suis mauvais, sale et trompeur. Mais quand le Sang du Seigneur a coulé et qu’il est mort sur la croix, là, mes péchés ont été lavés, j’ai été purifié et rendu propre.

Je n’ai aucun doute que mes péchés ont été lavés et que j’ai été rendu propre, Je suis juste si je crois en cela. Je suis sanctifié en croyant que le Sang de la Croix a coulé pour moi.

J’étais un tas de péchés, mais maintenant je ne suis plus un pécheur. Mes péchés ont été  effacés sur la Croix. Le châtiment et la malédiction que je devais recevoir ont tous été anéantis sur la Croix.

Nous croyons en cela. Comme Abraham crut et eut Isaac par la foi, de la même manière nous recevons le salut. J’espère que vous croirez que l’œuvre de Jésus vous a rendus parfaitement propres.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *