La foi du corbeau et la foi de la colombe

 

« Au bout de quarante jours, Noé ouvrit la fenêtre qu’il avait faite à l’arche. Il lâcha le corbeau, qui sortit, partant et revenant, jusqu’à ce que les eaux eussent séché sur la terre. Il lâcha aussi la colombe, pour voir si les eaux avaient diminué à la surface de la terre. »(Genèse 8: 6–8)

 

Le corbeau qui volait jusqu’à ce que les eaux aient séché.

Genèse chapitre 8 nous parle du corbeau et de la colombe de Noé au temps du déluge. Cette histoire nous enseigne quelque chose d’extrêmement profond de notre vie spirituelle. N’avez-vous jamais ressenti que votre vie spirituelle était difficile et dure?

Quand on pose la question à beaucoup de gens, ils répondent que « La vie spirituelle est difficile et dure et ils n’ont pas confiance». Quand on les interroge sur le golf, ils aiment jouer au golf et ils sont en confiance. Ils éprouvent aussi du plaisir quand ils se mettent à jouer au football ou à pratiquer un autre sport, mais lorsqu’on leur parle de leur vie spirituelle, ils perdent confiance, leur visage s’assombrit et ils se sentent extrêmement inquiets. Pourquoi en est-il ainsi ? La vie spirituelle est-elle vraiment difficile et pénible ? Nous pouvons trouver la réponse dans l’histoire de la colombe et du corbeau.

Quand le déluge prit fin et que les eaux ont commencé à se retirer, Noé fit sortir le corbeau pour mesurer la quantité d’eau qui s’était retirée.

« Et Il lâcha le corbeau, qui sortit, partant et revenant, jusqu’à ce que les eaux eussent séché sur la terre » (Genèse 8 : 7)

Nous ne savons pas combien de temps s’écoula entre le moment où le corbeau sortit de l’arche et le moment où les eaux baissèrent ; mais le corbeau vola longtemps faute de n’avoir pu trouver un terrain sec pour se poser. Comme cela a dû être difficile et pénible! Il aurait pu se reposer tranquillement en retournant dans l’arche, mais il n’y est pas retourné. Après avoir quitté l’arche le corbeau resta dans ses propres pensées.

« De tous ces oiseaux, pourquoi est-ce moi que Noé envoya? Cela est peut-être dû à mes qualités. Je possède de solides ailes et je peux voler pendant de longs moments. C’est sûrement la raison. La colombe et les autres oiseaux ne peuvent pas voler aussi longtemps, mais moi je le peux. »

Avec ce sentiment de fierté de se croire meilleur que les autres oiseaux, le corbeau commença à voler avec un cœur qui s’exaltait lui-même : «J’ai des ailes redoutables. Je peux donc voler pendant longtemps ». Même si le corbeau devait voler, partant et revenant jusqu’à ce que les eaux se soient asséchées, comme cela était pénible. Au début, le corbeau pouvait bien voler mais n’allait-il pas être fatigué et avoir des douleurs ? Plus tard il allait penser « Mes ailes me font vraiment mal. Je ne peux plus le faire. » Quand cela va-t-il finir ? Quand les eaux vont-elles se retirer, et la terre va-t-elle réapparaître ? Mais il continuait à voler et s’épuisait.

Cependant, que fit la colombe ? La colombe ne pouvait pas voir la terre même si elle volait partant et revenant alors elle pensait : « Mon seul endroit de repos c’est l’arche », et vite elle y retournait. Au moment de recevoir la colombe, Noé pensait « Le retour de la colombe doit signifier qu’il reste encore beaucoup d’eau à l’extérieur. Il n’y avait aucun endroit où la colombe pouvait demeurer. » Il semblait que la colombe ne pouvait pas bien voler, mais elle plut au cœur de Noé. Il est évident que le corbeau volait bien aussi mais il n’a pas accompli ce que Noé avait en tête.

 

Quand je pris pleinement conscience de ma véritable image.

J’allais à l’église depuis que j’étais jeune, mais la vie spirituelle était extrêmement difficile et pénible jusqu’à ce que je rencontre Jésus et que je naisse de nouveau.

Il y avait beaucoup de choses que je devais faire en menant ma vie spirituelle. Je devais aller à l’église les dimanches, payer ma dîme, ne pas commettre de péché, faire de bonnes choses, jeûner et prier. Il y avait beaucoup de choses à faire et j’ai commencé par les faire en pensant que j’y étais obligé. Mais exactement comme le corbeau avait confiance en lui-même au début puis a commencé à s’user ne pouvant aller plus loin, ma vie spirituelle s’usait aussi.

Je pensais que j’étais un peu plus propre que les autres. J’allais à l’église avec zèle. Je n’ai presque jamais sauté un service du dimanche et j’essayais d’observer les Dix Commandements ».

A l’époque, il semblait de toutes façons que ma foi était meilleure que celle de mon voisinage. D’abord ma vie spirituelle allait bien et était bonne puis elle commença à s’étioler après quelque temps. Cela n’allait pas aussi bien.

Je devais observer les Dix Commandements, mais je n’y parvenais pas. Au début je pensais : « Je peux observer les Dix Commandements. Je ne bois pas ; je ne fume pas ; je ne commets aucun péché spécial. Je suis vertueux et je peux observer les Dix Commandements », et j’essayais de les observer.

J’essayais de vivre selon les Paroles de la Bible ; mais en fait c’était un travail si démesuré que je ne pouvais pas y parvenir. Réfléchissez un peu : Si le monde entier était recouvert d’eau, que le seul endroit pour ne pas être sous l’eau était l’arche ,que vous deviez donc voler tout autour allant et revenant jusqu’à ce que les eaux soient asséchées, cela serait vraiment épuisant et difficile! C’était ma vie spirituelle.

Un jour, j’ai réalisé : « Je ne peux pas l’accomplir ». Auparavant je pensais que si j’essayais de ne pas pécher et désirais une vie pieuse, je le pouvais. Je comptais alors seulement sur ma volonté et ma détermination.

Je n’avais pas les yeux pour voir combien mon être était sale et dégoûtant ainsi quand c’était juste moi qui essayais il semblait que je faisais de bonnes œuvres, mais j’ai vu plus tard que je ne pouvais pas observer complètement les Dix Commandements en essayant de le faire moi-même. Je n’ai jamais tué personne comme nous l’interdisent les Commandements mais le cœur pour haïr les gens continuellement était en moi.

Quand je rencontrais les gens, je leur souriais et les accueillais joyeusement, mais au fond de moi j’avais le cœur rempli d’une haine sans fin.

La Bible dit que ceux qui haïssent commettent un meurtre dans leur cœur. Je n’avais en fait jamais commis l’adultère mais au fond de moi j’avais souvent un cœur sale. J’avais aussi volé plusieurs fois en convoitant les biens des autres plus d’une fois dans mon cœur. J’avais aussi menti etc.

Objectivement ce n’était pas que j’aie enfreint un Commandement parmi les Dix, mais j’ai été amené à me rendre compte que je n’en observais aucun. J’avais l’impression que je les observais quand, avec ou sans conviction, j’essayais de les observer mais lorsque je les examinais l’un après l’autre je m’apercevais que je commettais beaucoup de péchés. J’ai commis le meurtre, l’adultère, et le vol dans le cœur en même temps que le mensonge.

C’est alors seulement que j’ai pu découvrir le genre de personne que j’étais. Comme le corbeau aurait été heureux s’il s’était rendu compte qu’il ne pourrait plus voler longtemps. Alors il serait retourné  immédiatement dans l’arche. Mais il devait faire des tours en volant jusqu’à ce que les eaux soient asséchées.

Comme il ne s’en est pas rendu compte, cela a dû lui paraître épuisant. La colombe, elle, n’avait pas suivi la même voie : Quand Noé l’avait envoyée hors de l’arche, la colombe s’était dit : « Ceci est sans fin. Mes ailes se briseront et je vais mourir si je continue à voler » et elle revint dans l’arche. C’était vraiment tranquille dans l’arche.

Cette histoire ne raconte pas seulement une histoire de corbeau et de  colombe mais raconte l’histoire de nos vies spirituelles.

 

La vie spirituelle n’est pas de construire un avion mais de prendre un avion.

J’ai rencontré beaucoup de personnes et je leur ai donné des conseils spirituels. La plupart disent que la vie spirituelle est ennuyeuse et difficile.

Elles vivent leur vie spirituelle comme celle du corbeau. En fait la vie spirituelle est vraiment facile. Si vous pensez que votre vie spirituelle est difficile, cela veut dire que votre conception de la vie spirituelle est fausse. Réfléchissez bien : Quand nous parcourons de longues distances est-il plus facile de marcher ou de prendre un avion ? Il est extrêmement confortable de prendre l’avion. Mais si vous deviez construire l’avion vous-même, le remplir de carburant et ensuite le faire voler, cela serait-il facile ou difficile ?

Si vous deviez construire l’avion, il ne vous viendrait même pas à l’idée de prendre l’avion. Si vous aviez à faire cela ,vous ne pourriez pas le faire.

Nous ne pouvons pas construire un avion ,c’est pourquoi nous ne l’envisageons même pas. Par contre acheter des places dans un avion qui est déjà construit, cela paraît alors facile et confortable. La vie spirituelle n’est pas que vous deviez construire l’avion vous-même mais être dans un avion qui a déjà été construit parce que vous ne pouvez pas le construire.

Vous-même. La fausse vie spirituelle est comme si vous essayiez de construire votre propre avion.

Quand Dieu nous a créés, Dieu a voulu que nous vivions une vie de foi. Dieu savait qu’il nous était impossible d’être vertueux et de devenir parfait. Dieu nous a donné la loi non pas pour l’observer en vue d’obtenir une parfaite justification mais puisque que l’homme agit avec autant de fierté,  Dieu dit « Eh bien, laissez-moi vous donner la loi pour voir comment vous l’observerez » et Il donna la loi. Ainsi très vite, nous nous sommes rendus compte de notre incapacité à essayer d’observer la loi. Alors c’est l’abandon.

Cependant vous continuez à dire « Mais je peux toujours l’observer ». Alors cela devient une vie spirituelle pénible et difficile comme celle du corbeau.

« Peu importe comment nous essayons d’observer les Commandements de Dieu, des choses sales et répugnantes nous remplissent complètement jusqu’à déborder, rendant ces commandements impossible à observer ».

« Seigneur, je ne peux pas bien prier. Je ne peux pas bien jeûner. Je ne peux pas bien observer les Commandements de Dieu. » Peu importe comment nous essayons d’observer les Commandements de Dieu, des choses sales et répugnantes nous remplissent complètement jusqu’à  déborder, rendant l’observation des Commandements de  Dieu impossible. Ainsi donc, essayer d’être vertueux pour être reconnu comme tel, pour aller au ciel , c’est vivre comme le corbeau et cela ne constitue pas une véritable vie spirituelle.

J’ai aussi tout d’abord essayé d’être loyal par moi-même et d’observer la loi pour être agréable à Dieu et aller au ciel ; fort de cette pensée, j’ai vécu ma vie spirituelle : rien ne marchait bien. Je suis tombé dans le péché.

A cause de cela, mes efforts m’ont amené à servir Dieu dans un état  déplorable, je suis entré dans un véritable désespoir : « Ah ! Je suis vraiment un être humain mauvais ! Je suis sale ! Je dois être maudit ! » Mais Dieu a déversé Sa grâce sur moi.

Alors, pour la première fois la pensée de croire en moi-même et la pensée selon laquelle je pouvais œuvrer correctement s’amenuisaient complètement dans mon cœur.

« Dieu, je ne peux pas observer la loi ! Je ne peux aller qu’en enfer! Dieu s’il te plaît, aie compassion de moi. »

 

Ce que Jésus, le Souverain Sacrificateur, a fait pour l’humanité et ce que nous en avons fait.

Quand Dieu dit à Abraham en le bénissant : « Je te multiplierai considérablement », en le bénissant, Dieu n’a pas dit, « Je te bénirai si tu œuvres bien ». Dieu ne pouvait pas dire à Abraham, « Je te bénirai si tu ne pèches pas ». Dieu voulait tout simplement bénir Abraham. Si Dieu avait parlé à Abraham de cette manière, alors Dieu ne pouvait pas bénir Abraham si celui-ci mentait.

Ainsi Dieu qui connaissait la faiblesse d’Abraham n’avait pas dit « Je te bénirai si tu œuvres bien » mais il a simplement dit qu’Il le bénirait. Dans la vie spirituelle ,c’est pareil. Si l’on essaie d’être loyal, d’observer la loi et d’œuvrer pour la vie spirituelle, cela paraît difficile et épuisant.

C’est la vie spirituelle du corbeau. La colombe a fait une série de tours en volant et a compris qu’elle ne pouvait pas voler plus longtemps et qu’elle devait retourner à l’arche. Elle s’est rendue compte qu’elle n’était pas parfaite. Et elle est rentrée dans l’arche. Ce geste avait plu à Noé. Quand la colombe revint pour la première fois, Noé a compris : « Ah ! Les eaux ne se sont pas encore asséchées ».

La deuxième fois, la colombe revint avec une feuille d’olivier, alors Noé sentit que maintenant les arbres avait commencé à apparaître ». Et quand la colombe sortit pour la troisième fois et ne revint pas , Noé sut que c’était habitable dehors». La vie spirituelle n’est pas obtenue par nos essais de bien œuvrer. Si l’on pouvait être vertueux, observer la loi et plaire à Dieu pourquoi Jésus devait-il alors mourir sur la croix? Si l’on pouvait bien œuvrer, Jésus n’avait pas besoin de mourir sur la croix. L’on peut vivre la vie spirituelle lorsque l’on est incapable de la vivre par nous-mêmes. « Dieu, je ne peux pas effacer les péchés que j’ai commis. Si tu laves mes péchés, je serai propre. Dieu, je ne peux pas vaincre le péché, je pèche tous les jours et je ne peux faire que le mal, mais si tu me purifies, je peux mener une vie propre. Dieu, je serai saint si tu me sanctifies ».

Aller au ciel ne dépend pas de vos efforts, de vos œuvres ou de vos travaux. Bien que vous soyez incapables de faire quoi que ce soit, tout peut être fait si vous vous appuyez sur Jésus. Les pays participant au Tournoi de la Coupe du Monde espèrent gagner le tournoi. La victoire ne dépend-elle pas de celui qui œuvre bien ? Cela ne signifie pas que tous les citoyens d’un pays doivent être bons au football pour gagner.

Si les joueurs qui représentent un pays gagnent, alors le pays tout entier a gagné. Les matchs de football ne sont pas joués par tous les citoyens du pays, mais seulement par ses représentants. Si les représentants jouent bien et gagnent, alors le pays tout entier gagne, même si les autres citoyens sont tous boiteux. Si les représentants perdent, alors le pays a perdu même si ses citoyens sont d’excellents joueurs de football. Une grand-mère qui a des douleurs dans le dos dit : « Oh ! Mes douleurs dans le dos! »

Mais elle dit aussi, « Mon pays a gagné la Coupe du Monde », est-ce parce que cette grand-mère est une bonne joueuse de football? Dès l’instant où les représentants des joueurs ont bien joué, c’est comme si tous les citoyens de ce pays avaient bien joué. Ce que les joueurs, qui représentent le pays, ont fait est accepté comme étant ce que les citoyens ont fait.

C’est pourquoi les citoyens acclament ces joueurs. C’est la relation entre Jésus et nous. Notre départ au ciel n’est pas fonction de notre bonté, de notre justification, de nos efforts ou de notre volonté, mais il est fonction de Jésus qui est notre Représentant devant Dieu. Tout juste comme la colombe ne pouvait pas voler plus longtemps et était retournée à l’arche, nous aussi nous entrons en Jésus et nous disons à Dieu : « Dieu, je ne peux pas le faire.  Aussi, Dieu, accepte-moi en voyant Jésus qui est mon Représentant. » C’est de cette façon que nous allons au ciel. Les personnes sans vie spirituelle essaient de bien œuvrer par elles-mêmes pour aller au ciel. Elles n’acceptent pas ce que Jésus a fait. Mais les personnes qui ont une véritable vie spirituelle, renient ce qu’elles ont fait et acceptent ce que Jésus a fait comme étant pour elles.

Nous ne pouvons pas aller au ciel par notre justification, mais par la justification de Jésus. De la même façon, la mort de Jésus sur la croix est comme notre mort. Jésus est mort pour nous et ainsi, la justification de Jésus est devenue notre justification. La sanctification de Jésus est notre sanctification. Nous devenons donc un avec Jésus et nous sommes fortifiés par lui pour aller au ciel. Cependant les gens qui vivent leur vie spirituelle de façon erronée en essayant d’aller au ciel par leurs œuvres mènent leur vie spirituelle comme celle du corbeau.

 

Quelle espèce de vie spirituelle menez-vous

Alors que j’allais à l’église, il fut un temps j’ai compris que la vie spirituelle était extrêmement difficile. Plus tard je découvris qu’il ne s’agissait pas de la véritable vie spirituelle. La véritable vie spirituelle, c’est de croire en Jésus parce que vous ne pouvez rien faire de vous-mêmes.

Depuis que j’allais à l’église, je pensais croire en Jésus, mais j’essayais de tout faire par moi-même. Jésus est venu dans ce monde parce que nous ne pouvions rien accomplir. C’est épuisant de faire ce que nous ne pouvons pas faire.

J’ai toujours déclaré en présence de Dieu, « Seigneur, je ne peux pas observer la loi. Je ne peux pas bien prier. Je ne peux pas bien lire les Écritures. Je commets souvent des péchés. Je fais des erreurs. Ne prête donc pas attention à moi, mais considère Jésus-Christ. Ne prête pas attention à moi, mais considère Jésus-Christ qui a été crucifié pour mes péchés et m’a accepté ».

C’est cela la vie spirituelle. Je suis devenu un avec Jésus dans mon cœur. Mes bien aimés, quelle espèce de vie spirituelle menez-vous ?

Est-ce qu’aujourd’hui encore vous essayez de bien œuvrer par vous-mêmes ou d’observer les Dix Commandements pour aller au ciel par vos efforts ? Alors cela sera extrêmement difficile, pénible et douloureux. Cependant si vous ne vous appuyez pas sur vos œuvres mais croyez par la foi en Jésus, votre vie spirituelle sera tranquille et joyeuse. Recevez l’œuvre que Jésus a faite comme étant la vôtre. Jésus a donné tout ce qu’il a fait de bien pour nous, aussi acceptez-le comme étant pour vous.

Jésus a vécu saint pendant 33 ans sur cette terre, sans pécher ; il a été crucifié et il est ressuscité. Il nous a donné sa vie entière, la vie sans péché qu’il a vécue, sa sainteté, sa bonté…

Tout ce qui est agréable à Dieu, Jésus nous l’a donné. C’est comme si nous avions accompli tout cela. Tous les péchés que nous avons commis ont été portés par Jésus sur la croix où il fut crucifié.

Encore une fois la vie spirituelle ne signifie pas d’être loyal et bon. ; mais de s’abandonner complètement à Jésus. C’est de recevoir l’œuvre que Jésus a fait comme étant la nôtre et d’accepter la bonté de Jésus comme étant notre bonté. Par conséquent, que vous soyez faible, que vous ayez péché et que vous ayez enfreint aux Commandements ne constitue pas un problème pour aller au ciel. Car vous n’y allez pas par votre justification, mais par la justification de Jésus.

Même si nous ne pouvons pas bien voler, quand nous avons la vie spirituelle de la colombe pour jouir d’un repos tranquille dans l’arche, le véritable repos vient, nous saturant de liberté et de joie.

 

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *